ICI Radio-Canada Première

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
78910
11
12
13
1415161718
19
20
2122232425
26
27
282930
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du vendredi 11 novembre 2016


Société

Les allocations familiales, une mesure sociale populaire, mais contestée

Les allocations familiales fédérales existaient depuis trois ans lorsque cette photo a été prise à l'île d'Orléans, en 1948.
Les allocations familiales fédérales existaient depuis trois ans lorsque cette photo a été prise à l'île d'Orléans, en 1948.     Photo : BAnQ/Omer Beaudoin

À partir de 1945, des allocations familiales mensuelles sont versées aux mères de famille par Ottawa. La mesure a été critiquée par plusieurs gouvernements québécois, qui considéraient que les politiques familiales devaient être de juridiction provinciale. L'économiste Ianik Marcil retrace l'histoire de ce premier programme universel de sécurité sociale au Canada. 
 
Pour enrayer la pauvreté 
Dès la fin du 19e siècle, des sociologues réfléchissent à des solutions collectives pour enrayer le cycle de la pauvreté. Pour des raisons d'équité et de stabilité sociale, ils souhaitent amoindrir la charge financière des familles plus nombreuses. La question revient pendant la grande dépression des années 1930, mais c'est à la fin de la Seconde Guerre mondiale que le programme universel d'allocation familiale voit le jour. 
 
Un contexte politique favorable 
Le premier ministre Mackenzie King décide de mettre en place ce programme pour des considérations économiques, mais aussi pour des raisons électoralistes, 1945 étant une année d'élections. Le chef libéral veut convaincre une partie de l'électorat, notamment l'électorat canadien-français, de le réélire. Pour lui, une politique perçue comme plus sociale et plus progressiste est aussi une façon de lutter contre la montée de la gauche. 
 
Duplessis s'oppose aux allocations familiales 
En 1945, le premier ministre Maurice Duplessis ne veut rien savoir de ces allocations, jugeant qu'elles sont du ressort du Québec. Le premier ministre québécois et ses supporteurs nationalistes conservateurs ne veulent pas non plus donner un pouvoir économique aux mères de famille. Ils jugent le fait de faire un chèque aux mères comme allant à l'encontre du Code civil du Québec. Ils souhaitent plutôt que la responsabilité du ménage revienne au père de famille. 
 
Thérèse Casgrain à la rescousse 
Thérèse Casgrain, fine stratège et tacticienne, s'entoure de juristes pour démontrer que dans le même Code civil, il y a une disposition qui accorde aux femmes la gestion quotidienne du ménage. Elle reçoit l'appui de Mackenzie King, qui tout en l'écoutant d'une bonne oreille, réussit à mater Duplessis et ses supporteurs. Grâce à Thérèse Casgrain, les mères québécoises recevront leur chèque d'allocation familiale. 
 
Un programme négligé au fil des ans 
Jusqu'en 1973, les sommes envoyées aux mères de famille chaque mois n'augmentent presque pas. De même, l'aspect universel du programme s'étiole dans les années 1980. Des familles aux revenus plus élevés cessent d'y avoir accès. Cette situation crée plusieurs classes de citoyens.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
78910
11
12
13
1415161718
19
20
2122232425
26
27
282930
 
 
 

Dernière baladosiffusion disponible

Aujourd'hui l'histoire

Réseaux Sociaux Aujourd'hui l'histoire sur Facebook
teasers d'Aujourd'hui l'histoireLe Mois de l'histoire des Noirs au CanadaPremière PLUS histoire