ICI Radio-Canada Première

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

Politique

John A. Macdonald, un premier ministre à l'héritage controversé

Le mercredi 30 mars 2016

Détail d'un billet canadien de 10 dollars à l'effigie de John A. Macdonald
Détail d'un billet canadien de 10 dollars à l'effigie de John A. Macdonald     Photo : Radio-Canada

Habile politicien et fin stratège, John A. Macdonald (1815-1891) a été le premier des premiers ministres du Canada. L'héritage de ce père de la Confédération contient des zones d'ombres, notamment sur la question amérindienne. L'historien André Champagne raconte à Jacques Beauchamp le parcours du politicien, vu comme un bâtisseur de la nation par les Canadiens anglais. 
 
Un homme de compromis 
John A. Macdonald dirige le Canada pendant 19 ans. Il est au coeur des négociations qui mènent à la Confédération canadienne de 1867. Ce chef conservateur s'allie avec le dirigeant des Canadiens français, George-Étienne Cartier, pour élaborer la forme politique du nouveau pays. Il fait le compromis de renoncer à un gouvernement plus centralisateur. Macdonald voit le Canada comme un prolongement de la Grande-Bretagne et considère celle-ci comme un modèle. 
 
La démission de Macdonald 
Le premier mandat de John Macdonald est marqué par la rébellion des Métis du Manitoba, en 1869. Leurs revendications territoriales obligent le gouvernement canadien à créer la province du Manitoba. En 1872, Macdonald est réélu. Il doit toutefois démissionner un an plus tard, en raison du scandale du Pacifique. La campagne électorale de son parti a été financée par l'industriel Hugh Allen, en échange de la promesse de l'obtention du contrat de construction du chemin de fer. 
 
La Politique nationale 
John A. Macdonald reprend le pouvoir en 1878. Pour relancer l'économie, il crée la Politique nationale. En augmentant les tarifs douaniers, il favorise l'industrialisation du Canada et arrive à compléter le chemin de fer, qui relie Vancouver à Toronto. 
 
Un politicien raciste 
Le premier ministre Macdonald, également ministre des Affaires indiennes, fait en sorte que les Amérindiens et les Métis ne sont plus considérés comme des citoyens normaux. En 1884, il refuse d'accorder sa clémence à la condamnation de Louis Riel. La même année, on dit qu'il donne des directives pour ralentir la distribution de nourriture au moment où des Amérindiens sont frappés par une épidémie de tuberculose. En 1885, le politicien fait passer une loi pour retirer le droit de vote des Chinois.


EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - John A. Macdonald, tout sauf un démocrate – Le 15-18
HYPERLIEN - « Les Canadiens soulignent le 200e anniversaire de John A. Macdonald »

Article d''ICI Radio-Canada.ca du 11 janvier 2015

Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

13 février 2017

La Conquête vue de Londres et de Paris

6 février 2017

Henry Kissinger, l'architecte de la politique américaine à la « finesse d'un tank »

24 janvier 2017

L'accord de Charlottetown rejeté par référendum

16 janvier 2017

La relation très tendue entre John F. Kennedy et John Diefenbaker

19 décembre 2016

Nelson Mandela, l'apôtre de la désobéissance civile qui a jugulé l'apartheid

15 décembre 2016

En 1989, la chute rapide et brutale du régime de Ceausescu