ICI Radio-Canada Première

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

International

Catherine II, l'impératrice de la puissante Russie

Le mercredi 10 février 2016

Portrait de Catherine II par Fiodor Rokotov (1763)
Portrait de Catherine II par Fiodor Rokotov (1763)     Photo : Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg

Surnommée la Grande, Catherine II a régné sur la Russie pendant 34 ans. Elle a pris le pouvoir en 1762, après un coup d'État mené contre son mari, Pierre III. Sensible aux arts, elle a contribué à l'industrialisation de la Russie et à son expansion territoriale. La journaliste Alexandra Szacka fait le portrait cette femme ambitieuse, une féministe avant l'heure. 
 
La prise de pouvoir d'une petite noble prussienne 
Catherine II a changé de nom, de religion et de pays pour rendre possible son accession au trône. D'origine allemande, elle a fréquenté l'impératrice Élisabeth 1re de Russie et s'est servie de ses amours pour se rapprocher du pouvoir. Son mari, Pierre III, n'a été empereur que quelques mois avant qu'elle ne le renverse avec l'aide de son amant Grigori Orlov et des frères de celui-ci. 
 
Les amants de Catherine la Grande 
L'impératrice a fait de ses amants des alliés politiques. L'un d'entre eux, Stanislaw Antoni Poniatowski, lui a permis de conquérir une portion de la Pologne. L'officier Grigori Potemkine, probablement l'homme de sa vie, l'a aidée à s'emparer de la Crimée, du sud de l'Ukraine et d'une partie du Caucase. Bien qu'il n'ait été l'amant de Catherine II que quelques années, Potemkine est demeuré très près d'elle pendant 17 ans. 
 
Montrer sa puissance 
Puisqu'elle n'était pas russe, Catherine II a compris que pour obtenir une légitimité comme impératrice, elle devait poursuivre la modernisation de la Russie. L'appui obtenu par l'Église orthodoxe a également renforcé son pouvoir. 
 
Par ses victoires contre l'Empire ottoman, elle a réussi à donner à la Russie le statut de grande puissance européenne. Même si ses réformes législatives n'ont pas eu le succès escompté, elle a fait construire des hôpitaux, des écoles et fondé l'Académie des sciences russes. 
 
« Une journée sans écrire est une journée perdue » 
Catherine II aimait beaucoup les arts et les lettres. Elle a tenu un journal et eu plusieurs correspondants, dont les philosophes Diderot et Voltaire, ainsi qu'un confident, le diplomate Melchior Grimm. L'impératrice avait aussi une importante collection d'art, dont il est possible aujourd'hui d'avoir un aperçu au musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

29 août 2016

La construction du mur de Berlin, symbole de la guerre froide

20 juin 2016

Le putsch raté qui a précédé la chute de l'URSS

8 juin 2016

La guerre civile espagnole : récit d'un conflit sanglant

24 mai 2016

Brasilia : une ville utopique en plein coeur du désert brésilien

16 mai 2016

L'aide humanitaire durant la famine de 1984-1985 en Éthiopie

19 avril 2016

L'insurrection de Pâques à Dublin