ICI Radio-Canada Première

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

International

Le maccarthysme, une chasse aux sorcières anticommuniste

Le mardi 2 février 2016

Le sénateur Joseph McCarthy en 1950
Le sénateur Joseph McCarthy en 1950     Photo : AP/PC/Herbert K. White

Dans les années 1950 aux États-Unis, le sénateur Joseph McCarthy a dénoncé le communisme avec une détermination obstinée. Ses méthodes étaient si brutales qu'on a accolé son nom à l'époque sombre durant laquelle les règles élémentaires de droits étaient bafouées, en vertu de la sécurité d'État. La politologue Karine Prémont raconte comment le maccarthysme a entretenu un climat toxique de suspicion. 
 
Une chasse aux communistes et aux fascistes 
Bien qu'elle ait connu son apogée dans les années 1950, la période du maccarthysme a duré presque 20 ans. À partir des années 1940, trois commissions d'enquête gouvernementales ont été mises sur pied pour débusquer l'ennemi de l'intérieur, d'abord des fascistes, puis des communistes. À l'époque, les dénonciations et les rumeurs avaient souvent plus d'importance que les faits. 
 
Ainsi, entre 1947 et 1953, près de 30 000 fonctionnaires américains ont fait l'objet d'enquêtes pour activités subversives. De même, à Hollywood, des dizaines de personnes soupçonnées de liens avec les communistes ont été traitées comme des pestiférés, dont Charlie Chaplin et Orson Welles. 
 
McCarthy, le justicier blâmé pour ses méthodes 
Le sénateur du Wisconsin Joseph McCarthy n'a présidé que deux ans le sous-comité sénatorial d'enquête permanent, de 1952 à 1954. Il était convaincu qu'il existait un réseau d'espionnage communiste au sein du gouvernement fédéral américain. Personnage flamboyant vu comme un justicier, McCarthy est devenu une vedette de la télévision américaine. Ses travaux ont été suivis par 20 millions de téléspectateurs au printemps 1954, lorsqu'il s'est attaqué à l'armée américaine. 
 
L'armée a accusé la commission de fabrication de preuve et de chantage. Une partie du milieu politique a aussi fini par dénoncer le fait que McCarthy signait seul les documents, assignait les témoins à comparaître et choisissait les journalistes présents aux audiences. La chute de McCarthy s'est accélérée lorsque des journalistes ont révélé que, pour lui, des suspicions devenaient des condamnations. 
 
En décembre 1954, une motion de blâme a obligé McCarthy à se retirer de la présidence de la commission. Il est toutefois demeuré sénateur jusqu'à sa mort, en 1957, à 49 ans.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

27 février 2017

La libération de Paris en août 1944 : après l'outrage, la liesse

23 février 2017

Édouard VIII et Wallis Simpson : renoncer à sa couronne par amour

16 février 2017

L'insurrection de Budapest de 1956 réprimée par l'URSS

31 janvier 2017

Adélard Godbout et la loi de l'instruction publique obligatoire

19 janvier 2017

L'affaire Dreyfus : un officier juif accusé à tort de trahison

22 décembre 2016

Gandhi et la marche de l'Inde vers l'indépendance