ICI Radio-Canada Première

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

International

Ronald Reagan, le dernier président de la guerre froide

Le mercredi 27 janvier 2016

Le président américain Ronald Reagan lors d'une visite à la Maison blanche du dirigeant de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, en 1987
Le président américain Ronald Reagan lors d'une visite à la Maison blanche du dirigeant de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, en 1987     Photo : Reuters/Gary Hershorn

Lors de la présidence de Ronald Reagan (1981-1989), les budgets de la Défense ont explosé. L'historien André Champagne rappelle à Jacques Beauchamp la politique étrangère et l'opposition farouche envers l'URSS de ce président. À la fin de son deuxième mandat, celui-ci a toutefois accepté de s'entendre avec le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev sur une logique de démantèlement nucléaire. 
 
La chasse aux communistes de Reagan 
Les États-Unis de Ronald Reagan mettent tout en oeuvre pour contrer l'expansion du communisme en Amérique centrale. Ils financent entre autres les Contras, des opposants au Front sandiniste de libération nationale de Daniel Ortega, au pouvoir au Nicaragua depuis 1978. 
 
Comme le Congrès s'oppose à l'appui américain aux Contras, l'entourage de Reagan imagine un stratagème pour financer autrement la lutte aux sandinistes. L'argent issu de la vente d'armes aux Iraniens, en guerre avec l'Iraq, est remis secrètement aux Contras par l'entremise d'Israël. Une fois connue, l'affaire, surnommée l'Irangate, fera scandale puisque l'Iran était un ennemi juré des États-Unis. 
 
Le rapport de Ronald Reagan avec l'URSS 
Au début des années 1980, Ronald Reagan adopte un ton de méfiance face à l'URSS. Il relance une course aux armements qui fait craindre une guerre nucléaire en Europe, alors que des missiles soviétiques sont braqués sur toutes les capitales européennes. 
 
Mais à partir du sommet de Genève, en novembre 1985, Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev renouent le dialogue entre l'URSS et les États-Unis. Dès lors, ils reconnaissent que les deux pays ne devront jamais se livrer une guerre nucléaire. C'est le début du démantèlement des missiles. En 1986, à l'occasion d'une autre rencontre organisée en Islande, Ronald Reagan refuse toutefois de mettre fin à son bouclier nucléaire, surnommé « Guerre des étoiles », qui vise à détruire des missiles soviétiques au moment de leur ascension. 
 
Écoutez la première des deux émissions sur le président Ronald Reagan avec l'historien André Champagne (diffusée le 26 janvier 2016) 


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

29 septembre 2016

La bataille de la Somme, un véritable carnage

26 septembre 2016

Les débuts de la guerre froide

19 septembre 2016

L'élection présidentielle serrée de 2000 aux États-Unis

6 septembre 2016

Le plan Marshall : quand les Américains aidaient à reconstruire l'Europe

5 septembre 2016

Oussama ben Laden, l'homme derrière les attentats du 11 septembre 2001

1 septembre 2016

L'affaire Rodney King ébranle les États-Unis