#2a##5j##3# #5# L'amiante au Québec, de la prospérité à la disgrâce | Aujourd'hui l'histoire | ICI Radio-Canada Première
Radio-Canada - zone Radio

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

Économie et affaires

L'amiante au Québec, de la prospérité à la disgrâce

Le mardi 21 février 2017

Un morceau de chrysotile provenant de la mine d'amiante Jeffrey, à Asbestos
Un morceau de chrysotile provenant de la mine d'amiante Jeffrey, à Asbestos     Photo : PC / Paul Chiasson

L'amiante, un minerai isolant et incorruptible, a été très populaire pendant un siècle. Mais à partir des années 1980, son exploitation a connu un déclin en raison de ses risques pour la santé. L'historien Jean-François Nadeau raconte l'évolution de l'industrie québécoise de l'amiante, un produit désormais interdit dans une soixantaine de pays. 
 
La fibre de l'amiante séduit, puisqu'elle résiste au feu et permet d'isoler les édifices. À la fin du 19e siècle, les gisements d'amiante découverts dans le sud du Québec entraînent la création de plusieurs villes minières. Parmi elles, Thetford Mines et Asbestos tireront profit de ce minerai pendant des décennies. 
 
Au Québec, les propriétaires des mines d'amiante viennent du milieu anglo-saxon, alors que les travailleurs sont canadiens-français. Bien que le Québec soit un des principaux centres d'extraction de ce minerai dans le monde, on le transforme peu sur place. 
 
 Vue aérienne de la mine d'amiante Jeffrey d'Asbestos, en 1954 Vue aérienne de la mine d'amiante Jeffrey d'Asbestos, en 1954 Photo : PC 
 
L'amiante met en danger les travailleurs 
En 1948, la population découvre que l'amiante peut tuer, un fait déjà connu par les dirigeants des mines. C'est le journaliste Burton Ledoux qui révèle, dans la revue des jésuites Relations, que des travailleurs meurent de la silicose, une maladie pulmonaire. Un lien est fait avec la poussière d'amiante que de nombreux mineurs respirent. 
 
La grève d'Asbestos de 1949 
Les travailleurs des mines d'amiante connaissent beaucoup de grèves au fil du temps. Mais l'histoire retient surtout celle d'Asbestos, en 1949, en raison de la publication, quelques années plus tard, de La grève de l'amiante, un ouvrage dirigé par Pierre Elliott Trudeau. À Asbestos, les mineurs demandent 15 sous d'augmentation de l'heure, un meilleur contrôle de la poussière d'amiante et la création d'un fonds de sécurité sociale. 
 
Lors de la grève d'Asbestos, les forces progressistes du Québec affrontent pour la première fois le régime conservateur de Maurice Duplessis. Jean-François Nadeau explique qu'il y a un consortium des élites de la société québécoise opposées aux conditions des ouvriers, souvent en faveur des entreprises américaines propriétaires des mines. Cet antagonisme idéologique et politique s'accompagne d'affrontements réels très violents.  
 
La fin d'une industrie 
L'amiante connaît son âge d'or au début des années 1970. L'intérêt pour l'industrie de l'amiante est tel qu'en 1975, René Lévesque promet de la nationaliser. Mais dans les années 1980, les experts sont unanimes sur les liens entre l'exposition à la fibre d'amiante et le développement de l'amiantose, une maladie pulmonaire chronique aussi appelée asbestose. Cette menace à la santé entraîne le déclin de la commercialisation du minerai, confirmé par l'interdiction de son usage par l'Union européenne à partir de 2005.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

21 mars 2016

L'impôt, de l'Égypte ancienne à nos jours

26 février 2016

Steinberg, naissance et mort d'un géant de l'alimentation

27 novembre 2015

L'intérêt des brasseurs de bière pour le hockey