ICI Radio-Canada Première

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

Cinéma

Films de fesses : le cinéma érotique du Québec des années 1970

Le mardi 14 février 2017

Monique Mercure et Louise Turcot dans le film <em>Deux femmes en or</em>, de Claude Fournier
Monique Mercure et Louise Turcot dans le film Deux femmes en or, de Claude Fournier     Photo : France Film/Les films Claude Fournier

En 1969, le cinéaste Denis Héroux a remporté un grand succès avec son film Valérie, racontant l'histoire d'une orpheline devenue danseuse à gogo. Quelques réalisateurs québécois se sont ensuite lancés dans l'aventure des « films de fesses », pendant une dizaine d'années, dont Claude Fournier avec Deux femmes en or. Le chroniqueur Michel Coulombe raconte cette époque lubrique de la cinématographie québécoise. 
 
Décoincer le cinéma 
Lorsque Denis Héroux décide de tourner Valérie, mettant en vedette la jeune Danielle Ouimet, il cherche à réaliser un film commercial pour attirer des spectateurs dans les cinémas. Alors que la libération sexuelle balaie l'Occident, son long métrage est le premier d'une quinzaine de films érotiques québécois produits en une dizaine d'années. Le Québec ne fait pas exception dans l'exploitation de ce genre. Dès la fin des années 1960, les films Je suis curieuse (Suède) et Helga (Allemagne) font preuve d'audace en montrant des seins ou de la nudité frontale. 
 
« Pour décoincer la chose, on s'est mis à parler de sexualité, à la montrer dans quelque chose de divertissant, de léger, en disant que ce n'est pas qu'un devoir conjugal, c'est aussi quelque chose où l'on peut avoir un certain plaisir. » Michel Coulombe voit l'humour comme un trait particulier au cinéma érotique québécois des années 1970. 
 
Deux des quatre films coquins de Claude Fournier 
En 1970, le film Deux femmes en or, de Claude Fournier, fracasse tous les records d'entrées au Québec. Un million et demi personnes vont voir le film. Il met en scène deux banlieusardes délaissées par leurs maris, qui ouvrent leur porte aux hommes pour se désennuyer. Dans un autre de ses films érotiques, La pomme, la queue et les pépins (1974), le réalisateur traite d'un homme pris avec un problème de virilité.  
 
Le Québec puritain s'indigne des films « cochons » 
Dans les années 1970, des représentants de l'Église catholique dénoncent la nudité présente dans beaucoup de films québécois. En 1971, les bandes vidéo originales des comédies légères Après ski, de Roger Cardinal, et Pile ou face, de Roger Fournier, sont saisies au moment de leur sortie. Toutefois, l'acceptation sociale des scènes grivoises oblige rapidement l'Église à permettre la diffusion des films érotiques.


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

13 janvier 2017

Le film Les enfants du paradis, un chef-d'oeuvre censuré au Québec

7 décembre 2016

En 1960, Godard ébranle le cinéma français avec À bout de souffle

2 décembre 2016

Hitchcock, le maître cinéaste qui fut parfois sous-estimé

7 octobre 2016

La guerre de Sécession en huit films américains

30 août 2016

Pulp Fiction, le film culte de Quentin Tarantino