ICI Radio-Canada Première

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

Société

La bataille des Franco-Ontariens pour sauver l'Hôpital Montfort

Le mercredi 8 février 2017

Le 22 mars 1997, des milliers de Franco-Ontariens se sont rassemblés à Ottawa pour protester contre l'annonce de la fermeture de l'Hôpital Montfort.
Le 22 mars 1997, des milliers de Franco-Ontariens se sont rassemblés à Ottawa pour protester contre l'annonce de la fermeture de l'Hôpital Montfort.     Photo : Getty images/AFP/Dave Chan

Le 24 février 1997, une commission du gouvernement progressiste-conservateur de Mike Harris annonçait la fermeture de l'Hôpital Montfort, le seul hôpital universitaire francophone de l'Ontario. L'historien Marcel Martel, de l'Université York à Toronto, raconte la lutte politique et juridique de la coalition SOS Montfort. En 2001, ce regroupement obtient une victoire permettant la préservation de l'hôpital. 
 
En 1953, une communauté religieuse crée l'Hôpital Montfort afin d'offrir des services de santé en français à la population de Vanier et d'Ottawa. L'établissement devient l'endroit où les Franco-Ontariens de la région d'Ottawa reçoivent des soins dans leur langue. 
 
Une fermeture annoncée lors de la « révolution du bon sens » 
Élu en 1995, le gouvernement de Mike Harris prône une « révolution du bon sens ». Pour diminuer la dette de l'Ontario, il souhaite réduire les impôts et comprimer les dépenses dans l'éducation et les services sociaux. Une commission est mise sur pied afin de restructurer l'ensemble du réseau de santé de la province. En février 1997, elle décrète la mort de l'Hôpital Montfort. 
 
La riposte des Franco-Ontariens 
La communauté franco-ontarienne réagit avec indignation à l'annonce de la fermeture de l'Hôpital Montfort. Le 22 mars 1997, 10 000 personnes participent à un grand rassemblement organisé à Ottawa pour s'opposer à la décision du gouvernement de Mike Harris. 
 
L'ex-mairesse de Vanier, Gisèle Lalonde, devient la porte-parole du combat mené par la coalition SOS Montfort pour empêcher la fermeture de l'hôpital. Au sein de ce regroupement, des employés, des patients, des députés et des militants d'organismes communautaires dénoncent le traitement réservé à la minorité linguistique. Un rapprochement est fait avec la bataille des Franco-Ontariens pour le maintien du français comme langue d'instruction, au début du 20e siècle. 
 
Deux tribunaux donnent raison à SOS Montfort 
Comme le gouvernement Harris ne bouge pas, la coalition SOS Montfort se tourne vers les tribunaux. En décembre 1999, un premier jugement donne raison aux Franco-Ontariens et signale l'importance des institutions dans le maintien de la vitalité d'une langue. Le gouvernement ontarien fait appel à cette décision, mais sans succès. En décembre 2001, SOS Montfort obtient une nouvelle victoire devant la Cour d'appel de l'Ontario. Selon la justice, la Constitution protège le seul hôpital universitaire francophone de l'Ontario.  
 
Le 1er avril 2002, le gouvernement de Mike Harris jette l'éponge, sans porter la cause en Cour suprême. Les deux jugements ayant donné raison au comité SOS Montfort ont une portée partout au pays. Des avocats du pays les utilisent désormais pour plaider en faveur des droits des communautés francophones.


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

17 février 2017

La raquette à neige, de moyen de survie à simple loisir

7 février 2017

Quand les Américains ont aidé les Russes à vaincre la famine

3 février 2017

Les vacances au soleil et l'évolution de la formule du tout-inclus

30 janvier 2017

Bloody Sunday, un dimanche sanglant en Irlande du Nord

26 janvier 2017

L'affaire Chantal Daigle et le droit des femmes à disposer de leur corps