ICI Radio-Canada Première

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

Politique

Henry Kissinger, l'architecte de la politique américaine à la « finesse d'un tank »

Le lundi 6 février 2017

Le secrétaire d'État américain, Henry Kissinger (à dr.), en compagnie du président Richard Nixon
Le secrétaire d'État américain, Henry Kissinger (à dr.), en compagnie du président Richard Nixon     Photo : Getty Images / AFP

Les présidents d'Eisenhower à Obama ont prêté l'oreille à ses conseils. Henry Kissinger, architecte de la politique étrangère aux États-Unis pendant une décennie, a été un redoutable intellectuel au service de la nation américaine. Cet immigrant juif allemand, que certains considéraient comme doté de la « finesse d'un tank », a obtenu le prix Nobel de la paix en 1973, un honneur hautement contesté, explique la professeure Karine Prémont. 
 
Henry Kissinger a été accueilli aux États-Unis, avec sa famille, à titre de réfugié en 1938. Il a pris part à la Deuxième Guerre mondiale au sein de l'armée américaine où il a fait partie de l'équipe de renseignement militaire et interrogé des membres soupçonnés de la Gestapo. 
 
De 1954 à 1969, il a été professeur à l'Université Harvard. À partir de 1955, il a participé à des rencontres du National Security Council (NSA) et ses analyses ont fait leur chemin jusqu'à la tête du gouvernement. 
 
Relation tumultueuse au sommet du monde 
En 1969, il est devenu à la fois conseiller pour la sécurité nationale et secrétaire d'État pour le gouvernement de Richard Nixon. Les deux hommes partageaient une même vision du rôle des États-Unis dans le maintien de la paix dans le monde.  
 
Toutefois, côté personnalité, le duo Nixon-Kissinger était à couteaux tirés. Il y avait une méfiance constante de part et d'autre. D'énormes tensions sont nées entre eux lorsque Kissinger a été présenté comme l'architecte de la politique étrangère américaine. Richard Nixon, que l'on disait de nature paranoïaque, était hors de lui en voyant son collègue se donner le beau rôle.  
 
Chose certaine, Henry Kissinger comprenait que la diplomatie et la souplesse étaient essentielles aux États-Unis pour dominer le monde. Il a été l'un des maître d'oeuvre de la détente politique avec l'URSS et la Chine.  
 
Sur la question de l'intervention américaine au Vietnam, Kissinger a élaboré la stratégie de sortie de guerre des Américains. Il dit avoir travaillé à limiter les dégâts dans cette partie du monde. Ses critiques croient le contraire. 
 
Des taches sombres malgré un prix Nobel 
Henry Kissinger reçoit le prix Nobel de la paix en 1973, après les Accords de paix de Paris, qui ont mis fin à la guerre au Vietnam. Cet honneur a été fortement contesté.  
 
« À bien des égards, il s'agit d'une intervention illégitime au Vietnam de la part des États-Unis. L'armée américaine a utilisé des armes interdites, ils y ont commis des gestes tout à fait atroces », fait remarquer Karine Prémont. 
 
On a aussi qualifié l'homme politique de « Juif antisémite ». Sur la question israélo-palestinienne ou relativement à tout autre conflit armé dans cette région, il a mis sa flexibilité et sa diplomatie à contribution, frustrant les parties qui voyaient en lui un allié inconditionnel.  
 
Par ailleurs, Karine Prémont se montre très prudente à définir le rôle d'Henry Kissinger dans l'organisation du sanglant coup d'État au Chili, en 1973, par le général Pinochet, et qui s'est soldé par la mort du président Salvador Allende. 
 
Henry Kissinger a aussi été accusé d'avoir participé indirectement au massacre de plus de 200 000 personnes, lors de l'annexion du Timor oriental par l'Indonésie, à la fin des années 1970.


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

13 février 2017

La Conquête vue de Londres et de Paris

24 janvier 2017

L'accord de Charlottetown rejeté par référendum

16 janvier 2017

La relation très tendue entre John F. Kennedy et John Diefenbaker

19 décembre 2016

Nelson Mandela, l'apôtre de la désobéissance civile qui a jugulé l'apartheid

15 décembre 2016

En 1989, la chute rapide et brutale du régime de Ceausescu