#2a##5j##3# #5# Assassinat de Robert Kennedy en 1968 : l'Amérique déchirée par la violence | Aujourd'hui l'histoire | ICI Radio-Canada Première
Radio-Canada - zone Radio

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

Politique

Assassinat de Robert Kennedy en 1968 : l'Amérique déchirée par la violence

Le lundi 21 novembre 2016

Le sénateur Robert F. Kennedy, lors d'une conférence de presse à Londres, à la fin des années 1960
Le sénateur Robert F. Kennedy, lors d'une conférence de presse à Londres, à la fin des années 1960     Photo : Getty Images/George Freston

Cinq ans après son frère John F. Kennedy, et deux mois après Martin Luther King, Robert Francis Kennedy est tombé sous les balles d'un assassin, en pleines primaires démocrates. C'était la fin d'une dynastie, explique la politologue Karine Prémont, mais aussi un coup très dur pour le peuple américain, dont l'espoir et l'enchantement étaient déjà diminués par la guerre du Vietnam et les tensions raciales. 
 
Robert est le septième enfant de la famille Kennedy. Très jeune, il est intégré à la vie politique familiale. Il dirige la campagne sénatoriale de son frère John en 1952. Puis, à titre d'avocat, il se joint un court moment à la commission McCarthy sur les activités communistes. 
 
Une fin abrupte 
Sa notoriété connaît une poussée irrésistible lorsqu'il se joint à la commission d'enquête sur le crime organisé. Il s'attaque ainsi à Jimmy Hoffa et aux syndicats qu'il représente. 
 
Il s'intéresse beaucoup aussi aux droits civiques. Il souhaite notamment permettre aux Afro-Américains d'obtenir des droits équivalents à ceux des Blancs. 
 
Son frère John, élu président en 1961, le nomme procureur général des États-Unis. Il le sera jusqu'à la mort de celui-ci, en 1963. 
 
En 1968, il saute dans la course présidentielle. Le soir du 4 juin, il participe à la primaire démocrate de la Californie, à l'hôtel Ambassador de Los Angeles.  
 
Il remporte cette primaire et prononce un discours devant ses partisans tard dans la nuit. C'est lorsqu'il se retire dans les cuisines de l'hôtel pour parler aux journalistes qu'il est atteint de plusieurs projectiles d'arme à feu. Il meurt à l'hôpital le 6 juin. 
 
Une enquête qui laisse planer un fort doute 
Un jeune Palestinien, Sirhan Sirhan, est arrêté et reconnu coupable du meurtre de Robert Kennedy. Son motif : espérer mettre fin à l'appui des États-Unis à l'égard d'Israël.  
 
Toutefois, l'enquête est truffée d'irrégularités. Peu d'images ont été prises lors de cet événement, même s'il y avait de nombreux journalistes sur place. Plusieurs théories sont avancées pour tenter d'expliquer l'assassinat.  
 
La principale thèse veut qu'il y ait eu plus d'un tireur. Sirhan Sirhan n'aurait pas agi seul puisque son arme ne pouvait contenir que huit balles. On a entendu une douzaine de coups de feu sur les lieux du meurtre.  
 
Qui plus est, Kennedy a été atteint mortellement d'un coup de feu à l'arrière de la tête. Sirhan Sirhan se trouvait devant lui au moment de l'assassinat. 
 
Un élan d'idéalisme se brise  
La société américaine encaisse difficilement le coup. Cette mort violente vient s'ajouter à l'assassinat de Martin Luther King, survenu deux mois plus tôt. 
 
« Les Américains se demandent : est-ce que cette série d'assassinats va se poursuivre? À qui va-t-on s'en prendre après? C'est un peu la fin des espoirs du mouvement hippie. C'est la fin de l'enchantement », note Karine Prémont.  
 
Le parti démocrate s'écroulera littéralement après cet événement tragique, ce qui mènera à l'élection de Richard Nixon.  
 
« Kennedy avait un flair, une intelligence politique inouïe. Durant la crise des missiles avec la Russie, il a conseillé son frère de manière magistrale », poursuit la politologue.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

13 février 2017

La Conquête vue de Londres et de Paris

6 février 2017

Henry Kissinger, l'architecte de la politique américaine à la « finesse d'un tank »

24 janvier 2017

L'accord de Charlottetown rejeté par référendum

16 janvier 2017

La relation très tendue entre John F. Kennedy et John Diefenbaker

19 décembre 2016

Nelson Mandela, l'apôtre de la désobéissance civile qui a jugulé l'apartheid

15 décembre 2016

En 1989, la chute rapide et brutale du régime de Ceausescu