ICI Radio-Canada Première

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

Arts et culture

J.A. DeSève, l'entrepreneur qui croyait au cinéma et à la télévision d'ici

Le jeudi 22 septembre 2016

J.A. DeSèves au moment de l'inauguration de Télé-Métropole, en février 1961
J.A. DeSèves au moment de l'inauguration de Télé-Métropole, en février 1961     Photo : Archives de Radio-Canada

Joseph Alexandre DeSève (1896-1968) a été propriétaire du Théâtre St-Denis à Montréal, puis producteur et distributeur de films, avant de fonder, en 1961, la première station de télévision privée francophone au Canada. Le spécialiste du cinéma Yves Lever raconte à Jacques Beauchamp le parcours de l'homme d'affaires à l'origine de la naissance de Télé-Métropole, qui est devenu le réseau TVA. 
 
Un homme d'affaires au flair redoutable 
J.A. DeSève naît à Montréal, dans le quartier Saint-Henri. Il est le 10e de 16 enfants. À 13 ans, il quitte l'école pour vendre des journaux, des cigarettes et des bonbons sur le train du Canadien Pacifique. Il travaille ensuite dans une banque, puis comme clerc de notaire. Dans les années 1930, après avoir connu des échecs dans l'immobilier, il devient propriétaire de crèmeries, puis distributeur de films et propriétaire du Théâtre St-Denis. 
 
Dans les années 1930, il est l'un des propriétaires de la compagnie France-Film, qui domine la distribution de films au Québec. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il convertit les salles de cinéma en théâtre. Il y présente des grands noms du théâtre français et contribue à une renaissance du théâtre au Québec.  
 
En 1947, J.A. DeSève fonde une compagnie de production avec laquelle il finance les films Le gros Bill (1949) et Les lumières de ma ville (1950). Il produit toutefois son plus grand succès en 1952, le film réalisé par Jean-Yves Bigras La petite Aurore, l'enfant martyre
 
L'aventure de la télévision 
À partir de 1952, J.A. DeSève produit des émissions de télévision. Dix ans plus tard, en 1961, il crée la station Télé-Métropole, le premier concurrent français de Radio-Canada. En plus de vouloir augmenter son chiffre d'affaires, son objectif avoué est d'éviter que le téléspectateur canadien-français regarde les canaux étrangers. 
 
Un philanthrope posthume 
Les avoirs de J.A. DeSève sont évalués à 25 millions de dollars quand il meurt, le 3 septembre 1968. Dans son testament, il donne 23 millions de dollars à une fondation et 2 millions à ses deux filles et une ancienne maîtresse. La fondation prendra de l'importance en 1986, lorsque TVA sera vendue à Vidéotron. Le capital de la fondation passera alors de 30 millions de dollars à plus de 200 millions de dollars. 
 
Référence : 
 
J. A. DeSève, diffuseur d'images, d'Yves Lever, Les éditions Michel Brûlé, 2008


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

22 février 2017

Pop art : la révolution Warhol

10 février 2017

L'essor du champagne, le vin des grandes occasions

9 février 2017

Louis Hébert et Marie Rollet, premiers colons en Nouvelle-France

1 février 2017

Maya Angelou, la vie romanesque d'une écrivaine noire inspirante

27 janvier 2017

Hergé, le génie derrière Tintin

25 janvier 2017

Ernest Cormier, l'architecte de l'Université de Montréal