ICI Radio-Canada Première

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

Sports

Les grands moments de la rivalité Canadiens-Nordiques

Le mardi 22 mars 2016

Des joueurs des Canadiens et des Nordiques lors de la bataille du Vendredi saint du 20 avril 1984
Des joueurs des Canadiens et des Nordiques lors de la bataille du Vendredi saint du 20 avril 1984     Photo : PC/Arne Glassbourg

De 1979 à 1995, les équipes de hockey de Montréal et de Québec ont été de redoutables adversaires. Leurs partisans en ont fait une rivalité géographique et identitaire. L'historien Laurent Turcot revient sur les moments marquants des affrontements entre les Canadiens et les Nordiques, notamment le refus du but d'Alain Côté et la bataille du Vendredi saint. 
 
Les débuts d'une opposition 
Lorsque l'antagonisme entre les deux équipes commence, les Nordiques font toujours partie de l'Association mondiale de hockey. Les Canadiens et leur principal commanditaire, la brasserie Molson, s'opposent alors à leur introduction dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Grâce en partie à la détermination de l'homme d'affaires Marcel Aubut, les Nordiques font finalement leur entrée dans la LNH le 22 mars 1979. 
 
Le 13 octobre 1979, La soirée du hockey présente le premier match entre les Nordiques et les Canadiens, en direct de Montréal. Leur opposition s'accompagne d'une guerre du houblon entre Molson et la brasserie O'Keeffe, qui donne son appui aux Nordiques. En toile de fond, la rivalité est aussi teintée par la question linguistique. Au Colisée de Québec, contrairement au Forum de Montréal, les annonces se font uniquement en français et l'hymne national canadien est chanté dans la langue de Molière. 
 
Ça jouait dur sur la patinoire 
La forte rivalité entre les Canadiens et les Nordiques commence lors des séries éliminatoires de 1982. Pour la première fois, les Nordiques éliminent les Canadiens. Deux ans plus tard, le 20 avril 1984, les arbitres perdent le contrôle et les joueurs des deux équipes se battent sur la patinoire. L'histoire qualifiera le triste événement de la bataille du Vendredi saint. 
 
En 1987, la décision de l'arbitre Kerry Fraser de refuser le but d'Alain Côté, lors du cinquième match de la série Canadiens-Nordiques, soulève l'indignation des partisans des Nordiques. Par la suite, avec l'échange de joueurs comme Peter Stastny et Michel Goulet, les Nordiques perdront de leur lustre. 
 
La fin de l'aventure des Nordiques  
Un dernier match oppose les deux équipes le 26 avril 1995. Il mène à un verdict nul de 1 à 1. En mai 1995, une offre d'achat est acceptée pour transférer les Nordiques à Denver, au Colorado. La même année, Québec n'obtient pas les Jeux olympiques de 2002 et le camp du non remporte le référendum sur la souveraineté du Québec.


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

25 novembre 2016

Quand Bobby Fischer mit fin à la domination soviétique aux échecs en 1972

4 novembre 2016

Affaire Lindros : le refus à tout prix de jouer pour les Nordiques

23 juin 2016

Les Expos, plus de 36 ans d'amour et de jeu

6 mai 2016

Munich 1972 : les Jeux de la mort

5 mai 2016

Mexico 1968 : les Jeux de la contestation

4 mai 2016

Berlin 1936 : les Jeux de la propagande