ICI Radio-Canada Première

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Aujourd'hui l'histoire sur un fil chronologique
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27
28
29
30
 
 

Les meilleurs moments : Émission du vendredi 24 juin 2016

Politique

La Saint-Jean de 1968, le lundi de la matraque

Pierre Bourgault, chef du Rassemblement pour l'indépendance nationale, est arrêté lors des émeutes de la Saint-Jean-Baptiste, en 1968.
Pierre Bourgault, chef du Rassemblement pour l'indépendance nationale, est arrêté lors des émeutes de la Saint-Jean-Baptiste, en 1968.     Photo : archives

Avant 1968, les célébrations du 24 juin étaient certes associées aux Canadiens-français, mais la Saint-Jean-Baptiste était surtout folklorique, raconte l'historien Jean-Claude Germain. Ce dernier considère que la présence de Pierre Elliott Trudeau au défilé de la Saint-Jean-Baptiste en 1968, puis les émeutes qui ont suivi, ont été un moment décisif de l'histoire du nationalisme québécois. Cette soirée a cristallisé la Saint-Jean comme fête nationale officielle du Québec.  
 
Un vent de contestation  
Avec le « Vive le Québec libre! » de Charles de Gaulle en 1967 et la Révolution tranquille qui avait déjà commencé à transformer la société québécoise, la table était mise pour un soulèvement populaire. « Il y avait une ferveur, quelque chose dans l'air qui n'était pas là auparavant, explique M. germain. À partir de ce moment, on se débarrasse des signes religieux et l'affirmation de la nation devient politique. » 
 
Le début de la violence 
La présence de Pierre Elliott Trudeau était calculée et lui a servi à se faire réélire par l'électorat du reste du Canada. Sa présence a été considérée comme un geste de provocation auquel les souverainistes ont répondu par une manifestation menée par Pierre Bourgault. La police a mené une répression brutale que Radio-Canada a à l'époque hésité à couvrir. Claude-Jean Devirieux a été le seul journaliste qui a à rapporter les événements, ce qui lui a valu d'être suspendu. Voici comment le journaliste a à l'époque décrit la scène : « La répression a été sauvage. Ceci n'est pas un jugement de valeur, j'ai vu des policiers frapper des jeunes gens de façon fort sauvage. [...] Moi aussi, j'ai été frappé. » 

Les incontournables 2016Portail Richard Garneau

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
1314151617
18
19
20212223
24
25
26
27
28
29
30
 
 

Dernière baladosiffusion disponible

Aujourd'hui l'histoire

teasers d'Aujourd'hui l'histoirePremière PLUS histoire