ICI Radio-Canada Première

À rebours

À rebours

Le dimanche de 4 h 06 à 4 h 10 (rediffusion)

André Martineau

À rebours
Logo Radio-Canada

Société

Les Corn Flakes de Kellogg pour cesser de se masturber

Le vendredi 7 mars 2014

Un bol de flocons de maïs
Un bol de flocons de maïs     Photo : iStock

Le 7 mars 1897, il y a 117 ans, John Harvey Kellogg sert pour la première fois des flocons de maïs. C'est la naissance des fameux Corn Flakes, à qui son inventeur attribue mille et une vertus, dont celle de décourager l'être humain de s'adonner à la masturbation. 
 
John Kellogg était un médecin américain obsédé par la santé. Il dirigeait un sanatorium au Michigan où il testait différentes méthodes pour guérir les maladies de l'époque. Au programme : des exercices de respiration, des lavements intestinaux au yogourt et, surtout, un changement radical de diète.  
 
À cette époque, aux États-Unis, la science de la nutrition émergeait. Les nutritionnistes étaient bien résolus à changer les habitudes alimentaires des Américains. Ils étaient à la recherche d'une alimentation « pure ». John Kellogg s'inspirait des avancées en nutrition pour bâtir le menu de ses patients. C'est un peu par accident qu'il crée son plat de flocons de maïs, qu'il considère comme nutritif, bon pour la santé et « pur ». 
 
Selon lui, un bon bol de flocons de maïs tous les jours allait améliorer l'état de santé de ses patients, qui se rapprocheraient par le fait même de la pureté, un concept aux antipodes de la masturbation, qu'il considère comme impure. L'envie de pratiquer la masturbation allait donc, nécessairement, diminuer. Une théorie qui, il va sans dire, n'a pas survécu au passage du temps. 


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

28 août 2016

À réécouter

17 juin 2015

La véritable identité de Grey Owl

8 juin 2015

La cavale du crâne de Descartes

1 juin 2015

Adieu péages, vive les ponts libres!

25 mai 2015

Les rebelles fenians à notre frontière!

22 mai 2015

Opération Paperclip : mettre le grappin sur 1600 scientifiques allemands