ICI Radio-Canada Première

À rebours

À rebours

En semaine de 10 h 55 à 11 h 
(rediffusion à 22 h 55)

André Martineau

À rebours
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
141516
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 17 avril 2014

Société

Quand Bob Marley enflammait le Zimbabwe

Bob Marley le 1er janvier 1980
Bob Marley le 1er janvier 1980     Photo : Getty Images/Keystone

Il y a 24 ans, le 17 avril 1980, a eu lieu au stade d'Harare la cérémonie qui célébrait le dernier pays africain à obtenir son indépendance. Ce jour-là, la Rhodésie du Sud devenait le Zimbabwe. En plus du prince Charles d'Angleterre, du nouveau premier ministre Robert Mugabe et de plusieurs autres dignitaires, était invité Bob Marley, expressément venu de la Jamaïque, pour participer à ce qu'il croyait être une fête populaire qui allait faire l'histoire. Ce qui l'attendait était tout autre. 
 
C'est à la dernière minute que Bob Marley est invité à la cérémonie d'indépendance du Zimbabwe. L'artiste investit, de sa poche, 90 000 $ pour emmener les Wailers et tout l'équipement sonore. Après tout, se dit-il, ce n'est pas tous les jours qu'on a la chance de faire partie de l'histoire.  
 
Il interprète la pièce Zimbabwe, tirée de l'album Survival, qu'il a créé en pensant à l'unité panafricaine. Les attentes de Marley sont vite déçues. En réalité, ils jouent devant un parterre exclusivement composé de présidents et d'officiels. Pas exactement l'idée qu'il se fait d'une fête populaire.  
 
Pourtant, les admirateurs de Bob Marley se sont déplacés pour l'occasion, mais ils sont refoulés à l'extérieur du stade. À la troisième chanson, I shot the sherrif, les exclus du concert tentent une percée dans le stade. À l'approche de l'émeute, la police fait usage de gaz lacrymogènes. Le concert s'arrête un moment, jusqu'à ce que le nuage de fumée se dissipe. Les responsables de la cérémonie demandent alors à Marley de clore son numéro rapidement. L'artiste enchaîne plutôt en jouant une version prolongée de sa pièce War, qui dure un quart d'heure. 
 
Des paroles prémonitoires 
« Bientôt nous verrons qui sont les vrais révolutionnaires », telles étaient les paroles chantées par Marley à la cérémonie d'indépendance du Zimbabwe devant Robert Mugabe. La réputation de celui qui était alors considéré comme le libérateur du Zimbabwe est aujourd'hui tout autre. Robert Mugabe dirige le pays depuis 34 ans. Depuis le début des années 2000, le pays est paralysé par l'inflation et les menaces de famine. Le plus connu des rastafaris avait-il un don pour prédire l'avenir? 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
141516
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
 
 
 

Dernière baladosiffusion disponible

À rebours

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook