ICI Radio-Canada Première

Y a pas deux matins pareils

Y a pas deux matins pareils rss

En semaine de 6h à 9h

Marjorie April

Y a pas deux matins pareils
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
262728
29
30
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 29 septembre 2016

Société

Forum franco-canadien sur les industries culturelles : le français à sa place

Catherine Sicot,  propriétaire d'Elegoa, une entreprise sociale de production culturelle à Toronto.
Catherine Sicot, propriétaire d'Elegoa, une entreprise sociale de production culturelle à Toronto.     Photo : Radio-Canada/Sarah-Émilie Bouchard

Parler français à Toronto serait un atout pour les entrepreneurs d'ici. C'est du moins le constat de Catherine Sicot qui, il y a quatre ans, a démarré Elegoa, une entreprise spécialisée en production culturelle à Toronto. 
 
« Le fait d'avoir plusieurs langues, ça me permet de créer des ponts entre des scènes artistiques, des contextes, des artistes et des institutions.», expliquait madame Sicot, en entrevue à l'émission Y a pas deux matins pareils, dans la foulée du Forum franco-canadien sur les industries culturelles qui se déroulait mercredi et jeudi à Toronto. 
 
L'entrepreneure estime d'ailleurs avoir déniché certains contrats en raison de sa facilité à s'exprimer en français. 
 
Elle cite en exemple le travail qu'elle a effectué avec l'artiste de l'exposition Iris Håussler, présentée en ce moment à Toronto.  
 
« Elle a fait appel à moi parce que son projet qui existait dans son studio (à Toronto) avait besoin de trouver un contexte réel en France. Elle avait besoin de rencontrer des partenaires culturels en France.» 
 
Catherine Sicot a un conseil à donner aux francophones qui songent à se lancer en affaires à Toronto. 
 
« Le français en Ontario, c'est une voix royale, le français et le bilinguisme, il faut foncer! »

Cinéma

Le cinéma avec Claudia Hébert : deux films à surveiller

Affiche du film «Miss Peregrine's Home for Peculiar Children».
Affiche du film «Miss Peregrine's Home for Peculiar Children».

La chroniqueuse cinéma, Claudia Hébert, propose deux films à surveiller. 
 
Miss Peregrine's Home for Peculiar Children (Miss Peregrine et les enfants particuliers) 
 
Ce film réalisé par le cinéaste Tim Burton, s'inspire du roman signé Ramson Riggs. Le résultat est un roman étrange et fascinant, qui a plus instantanément autant aux adolescents qu'aux adultes. Le film raconte l'histoire de Jacob, un adolescent élevé au son des histoires de son grand-père qui relate des anecdotes de son enfance dans un orphelinat auprès d'enfants particuliers.  
 
Neon Demon  
 
Réalisé par Nicolas Winding Refnl le film présente l'actrice Elle Fanning dans la peau d'une jeune mannequin à Los Angeles. Elle est belle, pure, innocente et naïve. Son personnage évolue dans un univers où la beauté est le bien le plus précieux. Elle devient soudainement source de désir et d'envie de la part de tous. Ce long-métrage se veut en quelque sorte une critique sur la superficialité du monde de la mode et sur cette soif de jeunesse et de beauté.

Arts et culture

Coup d'envoi de la Fête de la culture en Ontario

Murale peinte dans le cadre de la Fête de la culture en Ontario.
Murale peinte dans le cadre de la Fête de la culture en Ontario.     Photo : Radio-Canada/Marie-Hélène Ratel

Le lancement de la Fête de la culture en Ontario s'est déroulée le 29 septembre à la gare Union. Le groupe jazz Cadence a offert une performance musicale a cappella. Les artistes visuels Carlos Delgado, Kirsten McCrea et Mike Parsons ont chacun peint une murale. 
 
L'événement se déroule de vendredi à dimanche partout dans la province. Plus de 2000 événements artistiques gratuits sont organisés dans de nombreuses villes et municipalités.  
 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
262728
29
30
 

Réseaux Sociaux Y a pas deux matins pareils Y a pas deux matins pareils