ICI Radio-Canada Première

Matins sans frontières

Matins sans frontières rss

En semaine à 6 h à 9 h

Charles Lévesque

Matins sans frontières

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
21
22
2324
25
26
27
28293031
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 22 décembre 2015


International

Détroit : un an après la fin de la faillite

Une maison abandonnée dans le quartier de Brush Park, à Détroit
Une maison abandonnée dans le quartier de Brush Park, à Détroit     Photo : AP/Carlos Osorio

La Ville de Détroit est officiellement sortie de faillite depuis 1 an maintenant, mais est-ce que la municipalité s'est réellement relevé de cette période difficile? De nombreux projets ont été mis en place depuis pour assurer la prospérité de la Ville et nettoyer les secteurs abandonnés. Est-ce que la Ville est sur la bonne voie? Rébecca Salomon en a parlé avec le résident de Détroit Chase Cantrell. 
 
Pour M. Cantrell, si la ville va mieux par certains côtés grâce à de nouveaux investissements, il demeure encore bien des problèmes à Détroit, en particulier en matière de criminalité et de pauvreté.  
 
Depuis la fin de la faillite, « la Ville a pu commencer à offrir des services, mais on n'est pas encore à un niveau normal. Ça reste difficile. », a-t-il expliqué. Un exemple : le remplacement de lampadaires dans la ville. « C'est mieux, mais ce n'est pas encore suffisant. » 
 
Par ailleurs, la Ville a rasé beaucoup de maisons abandonnées, ce qui est une bonne chose, selon M. Cantrell, « mais les terrains restent vacants pendant des années, surtout à l'est de la ville. Ça fait bizarre. » 
 
Si la faillite a valu la peine parce que sans cela les services municipaux n'auraient pas été rétablis et les investissements ne seraient pas multipliés, dans Midtown notamment, a souligné M. Cantrel, il estime par ailleurs que deux problèmes majeurs subsistent : le système d'éducation qui est très endetté et qui n'était pas concerné par la faillite et le taux de pauvreté qui atteint 40% de la population. 
 
Autre ombre au tableau, le manque de mixté raciale. De plus en plus de blancs de la banlieue de Détroit et d'ailleurs viennent au centre-ville pour profiter des nouveaux bars et restaurants ou pour s'y installer, mais il n'y a « pas de mélange avec les habitants noirs qui étaient là pendant des décennies. », a remarqué M. Cantrell. 
 
Il a toutefois conclu sur une note positive : « 60% des gens pensent que Détroit est sur la bonne voie » 
 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
21
22
2324
25
26
27
28293031
 
 

Réseaux Sociaux Matins sans frontières Radio-Canada Ontario