ICI Radio-Canada Première

Matins sans frontières

Matins sans frontières rss

En semaine à 6 h à 9 h

Charles Lévesque

Matins sans frontières

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
21
222324
25
26
27
28293031
 
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 21 décembre 2015


Société

Stéréotypes : Pourquoi est-il difficile de trouver des poupées multiculturelles?

Des poupées dans les garderies
Des poupées dans les garderies     Photo : Radio-Canada

Rose pour les filles, bleu pour les garçons, les stéréotypes ont la vie dure, en particulier dans le domaine du jouet. Mais ce n'est pas qu'au niveau des genres que l'on retrouve cette question de stéréotype, les jouets multiculturels en souffrent également. Mais le plus grand problème ici, c'est leur manque de représentation sur les tablettes. Rébecca Salomon en a parlé avec Diane Pacom, professeure à l'école d'études sociologiques et anthropologiques de l'Université d'Ottawa. 
 
Mme Pacom a d'abord rappelé qu'il fallait replacer cette problématique dans le contexte de l'histoire du jouet. Elle a souligné que les sociétés occidentales ont toujours eu un rapport avec l'enfance plus ludique que d'autres sociétés. « L'industrie du jouet est typique de l'Occident. Dans des sociétés où le rapport à l'enfance est différent, les jouets étaient fabriqués à la maison. », a-t-elle expliqué. 
 
C'est pour cette raison que les jouets fabriqués en gros font d'abord partie de l'occident, « c'est fatal que les jouets surtout les poupées ressemblent aux petites filles. » 
 
Mme Pacom a par ailleurs précisé qu'il avait sans doute aussi une part de racisme dans le fait que peu de jouets à l'effigie d'enfants de différentes cultures soient offerts. « Les images de la beauté restent aussi très racialisées. », a-t-elle ajouté. 
 
« Les stéréotypes sont toujours déterminés par le groupe culturel dominant. », a également constaté Mme Pacom. 
 
Certaines boutiques répondent toutefois de façon un peu opportuniste à la demande de groupes multiculturels comme la marque«  American Girl ». « La petite fille a la possibilité de choisir un poupée qui lui ressemblent, mais ce sont des poupées qui coûtent très cher. » a remarqué Mme Pacom. 
 
 
 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
21
222324
25
26
27
28293031
 
 

Réseaux Sociaux Matins sans frontières Radio-Canada Ontario