ICI Radio-Canada Première

Matins sans frontières

Matins sans frontières rss

En semaine à 6 h à 9 h

Charles Lévesque

Matins sans frontières
Mémoires vivantes
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
30
31
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 30 mai 2016

Société

Salim Alaradi reste en prison malgré son acquittement : une « mascarade » de justice

La famille Alaradi
La famille Alaradi     Photo : Famille Alaradi/Facebook

L'homme d'affaires ontarien détenu aux Émirats arabes unis depuis deux ans aux Émirats arabes unis a été acquitté ce matin. Accusé d'avoir amassé des fonds sans la permission du ministère local et d'avoir envoyé l'argent récolté dans un autre pays, M. Alardi reste toutefois en prison. Pour Monia Mazhig de la Coalition pour la surveillance internationale des libertés civiles qui suit le dossier depuis le début, le verdict est une bonne nouvelle, mais le fait que M. Aradi reste en détention est incompréhensible et inacceptable. 
 
Selon M. Mazhig, le verdict dit clairement que M. Alaradi est innocent. Son arrestation tout de suite après le verdict n'est donc pas fondée. « On a comme une justice parallèle qui l'amène en prison. » 
 
« C'est un gros choc pour M. Alaradi, pour sa famille et pour toutes les personnes qui suivent ce dossier. Pour le Canada. C'est comme une gifle. », a-elle déclaré. 
 
M. Mazhig craint également que nouvelles accusations pourraient être déposées. « Précédemment, des accusations ont déjà été remplacées par d'autres. On revit un peu une même mascarade avec un verdict d'acquittement et en même temps des agents de la sécurité nationale qui viennent l'arrêter. Tout est possible. » 
 
Les avocats de M. Alaradi cherchent à connaître les raisons de l'emprisonnement de leur client. M. Mazhig espère que le Canada va protester et faire pression sur les autorités émiraties. 
 
« On espère que le Canada va mettre tout son poids pour que M. Alaradi soit un homme libre, et pas seulement sur papier. » 
 

Internet

Photos sur les médias sociaux  :  Des parents poursuivis par leurs enfants

Plusieurs parents pourraient être poursuivis d'ici quelques années par leurs enfants pour avoir publié des photos d'eux petits. C'est ce que révèle une étude réalisée par des chercheurs de l'Université du Michigan. Ils constatent que plusieurs enfants âgés de 10 à 17 ans sont préoccupés sur l'image que leurs parents leur donnent sur les réseaux sociaux. Pour Nicolas Vermeys, professeur en droit à l'Université de Montréal, les enfants mineurs ont un droit à l'image comme tout le monde. 
 
M. Vermeyrs a rappelé que selon la loi, toute personne peut contrôler l'utilisation de sa photo que ce soit sur Internet ou dans d'autres médias. Il est donc tout à fait légal pour des enfants qui atteignent la majorité, de poursuivre quiconque a mis en ligne leur image, même s'il s'agit de leurs parents. 
 
Toutefois, le mineur devenu adulte devra démontrer qu'on a mis son image en ligne sans son autorisation et que ça lui cause un dommage quelconque. 
 
« Au Canada, normalement on n'accordera pas un montant supérieur aux dommages que l'on peut prétendre avoir subis. Par exemple, si je poursuis mes parents pour 50 000 $, je dois démontrer que j'ai souffert pour 50 000 $. Que cette photo m'a coûté un emploi ou m'a nui. », a expliqué M. Vermeyrs  
 
L'État pourrait aussi poursuivre les parents si la photo enfreint le Code criminel. « Techniquement un parent qui met la photo en ligne d'un enfant en petite tenue ou nue ou dans une position suggestive pourrait faire l'objet de poursuite criminelle (...) mais c'est poussé la chose un peu loin de penser qu'un parent pourrait être assez mal intentionné pour faire ça. » 
 
Selon M. Vermeys, c'est avant tout une question d'éducation et de prise de conscience des risques liés à la publication d'images sur Internet et les réseaux sociaux. 
 
« Il faut se souvenir que dès lors qu'on met des images en ligne, il y a des risques pour notre propre réputation, pour la réputation de la personne qui est sur l'image. Il y a des risques en matière de droits d'auteur. Il faut s'assurer de protéger ses images, de jouer dans les fonctions du réseau social pour s'assurer qu'un public restreint puisse les voir. » 
 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
30
31
 
 
 
 

Réseaux Sociaux Matins sans frontières Radio-Canada Ontario