#2a##5j##3# #5# Archives | Les matins d'ici | ICI Radio-Canada Premi�re
Radio-Canada - zone Radio

Les matins d'ici

Les matins d'ici rss

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Philippe Marcoux

Les matins d

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
2
3456
7
8
91011
12
13
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
3031
 
 
 
 

Les meilleurs moments : �mission du jeudi 12 janvier 2017


Société

Nouvel étiquetage canadien des aliments : une bonne idée?

Coauteur du Rapport sur les Prix Alimentaires à la Consommation 2016.
Coauteur du Rapport sur les Prix Alimentaires à la Consommation 2016.     Photo : ICI RADIO-CANADA/Jonathan Villeneuve

Apposer un logo sur le devant de l'emballage pour les produits riches en sucre, en gras saturés et en sel. Voilà l'initiative proposée par Santé Canada afin de mieux informer les consommateurs canadiens.  
 
« Le concept a du mérite, mais j'ai l'impression qu'on simplifie un peu trop », explique Sylvain Charlebois, professeur titulaire à la Faculté en management et en agriculture à l'Université Dalhousie. 
 
Il soutient que plusieurs pays ont adopté une politique semblable en utilisant un degré de présence des différents produits riches en sucre, en gras saturés et en sel.  
 
« L'intention de Santé Canada est de forcer l'industrie à revoir ses recettes ou décourager la consommation de certains produits », soutient-il.

Société

Système de paye Phénix : toujours 8000 cas non résolus

Larry Rousseau, vice-président régional de l'Alliance de la fonction publique pour la Région de la capitale nationale.
Larry Rousseau, vice-président régional de l'Alliance de la fonction publique pour la Région de la capitale nationale.     Photo : CBC / Radio-Canada / Caroline Chrétien

Des 80 000 dossiers en arriéré qui devaient être réglés en lien avec le système de paye Phénix, il reste 8000 cas non résolus. L'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) se dit rassurée de voir que le nombre de nouveaux cas problématiques semble, pour l'instant, cesser de croître. Mais qu'en est-il des T-4 des employés? Pour en discuter, nous recevons le vice-président régional de l'AFPC pour la région de la capitale nationale, Larry Rousseau.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Phénix : encore 8000 dossiers « complexes » à traiter

Santé

Le CISSS de l'Outaouais estime bien communiquer avec ses syndicats

L'hôpital de Gatineau du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Gatineau (archives)
L'hôpital de Gatineau du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Gatineau (archives)     Photo : Radio-Canada

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais se dit étonné du geste d'éclat d'un des syndicats mercredi, qui a dénoncé le nombre de griefs en cours. 
 
En entrevue avec Philippe Marcoux, Johanne Robertson, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques, souligne qu'il est impossible d'avoir le même nombre de rencontres avec les représentants syndicaux qu'avant la création du CISSS. L'établissement est en période de transition et d'adaptation, précise-t-elle, et doit communiquer avec 42 instances syndicales.  
 
« L'insatisfaction [...] est davantage en lien avec ce qu'ils avaient avant versus ce que nous pouvons offrir maintenant », souligne-t-elle.  
 
« On n'a pas constaté davantage de griefs depuis l'instauration du CISSS de l'Outaouais », ajoute Mme Robertson.  
 
Elle souligne que la période de maraudage en cours, à l'issue de laquelle seulement quatre syndicats représenteront les employés, pourrait expliquer ce genre de geste d'éclat.

Arts et culture

La troupe Batsheva Dance Company au CNA

Le logo du Centre national des arts (CNA).
Le logo du Centre national des arts (CNA).     Photo : CNA

Anne Michaud nous parle du spectacle de danse Last Work de la troupe Batsheva Dance Company, qui est présenté au Centre national des arts d'Ottawa.

Société

Pourquoi les noms de Macdonald et Cartier sont-ils souvent réunis ?

Xavier Gélinas, conservateur, histoire politique au Musée canadien de l'histoire
Xavier Gélinas, conservateur, histoire politique au Musée canadien de l'histoire.     Photo : CBC / Radio-Canada / Caroline Chrétien

Peu de choses semblaient les rassembler. Ils sont pourtant aujourd'hui unis dans la mémoire historique, partageant notamment le nom d'un pont reliant Ottawa à Gatineau.  
 
John A. Macdonald était écossais, protestant, anglophone, tandis que Georges-Étienne Cartier était un catholique francophone, né près de Montréal.  
 
En 1855, les deux politiciens mettent leur force en commun. Ils sont d'abord co-premiers ministres (avant la Confédération). Puis, une fois Macdonald devenu le premier premier ministre du Canada, Cartier devient son bras droit.  
 
« C'est une sorte d'alliance idéale au Canada entre les anglos protestants ontariens et les francos québécois catholiques », nous explique le conservateur Xavier Gélinas, du Musée canadien de l'histoire, dans cette capsule historique visant à souligner le 150e anniversaire de la Confédération.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
2
3456
7
8
91011
12
13
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
3031
 
 
 
 

Écoutez en direct de l'émission Les matins d'iciÉcoutez en direct