Aller au contenu principal

Paul Gérin-Lajoie

Parcours de vie

Nom Complet :
Paul Gérin-Lajoie
Date de naissance :
Lieu de naissance :

Montréal

Études :

Droit à l’Université de Montréal, au Barreau du Québec et à l’Université d’Oxford en Angleterre.

Professions :

Avocat, homme politique et professeur

Occupations professionnelles :

Président de la commission politique du Parti libéral, député libéral, ministre de la Jeunesse et ministre de l’Éducation du Parti libéral, président du comité des affaires constitutionnelles du Parti libéral, président de l’Agence canadienne de développement international (ACDI), directeur de Projecto international, directeur général de la Société du Vieux-Port de Montréal, président de la Fondation Paul Gérin-Lajoie, membre du Conseil des gouverneurs de la Banque mondiale.

Réalisations :

Doctrine Gérin-Lajoie, réforme du système d’éducation au Québec, Fondation Paul Gérin-Lajoie.

Principaux prix et récompenses :

Prix David en sciences morales et politiques, prix Leslie N. Buzzel, compagnon de l’Ordre du Canada, grand officier de l’Ordre national du Québec, doctorats honorifiques de plusieurs universités, chevalier de la Légion d’honneur, titre de Grand Montréalais de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, médaille d’or Albert-Einstein de l’UNESCO, prix René-Chaloult, prix Blanche Lemco van Ginkel, prix Georges-Émile-Lapalme.

Livres :

Pourquoi le Bill 60, Combats d’un révolutionnaire tranquille.

Biographie

Paul Gérin-Lajoie est né à Montréal en 1920. Après des études en droit constitutionnel et plusieurs emplois de conseiller dans diverses institutions et commissions fédérales, il se consacre à la politique et devient député libéral.

Il marque l’histoire du Québec par son travail acharné, notamment en matière d’éducation. Homme fort du cabinet Lesage dans les années 1960, c’est sous sa gouverne qu’a lieu la vaste réforme du système d’éducation québécois, pierre angulaire de la Révolution tranquille. Il collabore également à établir des liens forts entre le Québec et la France par le biais d’accords de coopération sur le plan de l’éducation et de la formation.

Même s’il quitte la politique en 1969, il demeure un ardent défenseur de l’éducation et du développement international, notamment grâce à la fondation qui porte son nom. Son engagement et son œuvre lui ont valu, au fil des ans, de nombreux prix et titres honorifiques.

Logo Personnalités

Photographies

Entrevue Magazine

Lire l'entrevue complète

0/0