Aller au contenu principal

Louise Latraverse

Parcours de vie

Nom Complet :
Louise Latraverse
Date de naissance :
Lieu de naissance :

Arvida

Télévision :

La côte de sable, Ti-Jean Caribou, Rue de l’Anse, Jenesse oblige, Bye bye 1970, Le fils du ciel, Grand-papa, Chère Isabelle, Féminin pluriel, Bye bye 1982, Poivre et sel, Le 101 ouest, avenue des Pins, Un été de bonne humeur, Avec un grand A, Le retour, Le cœur découvert, La promesse, Les Parent, Pour le plaisir, Mauvais karma

Théâtre :

Le manteau de Galilée, Les girls, Tout comme elle, Huit femmes, Chez Madame Lise, Les belles-sœurs

Cinéma :

Dimensions, Entre la mer et l’eau douce, A Great Big Thing, Les ordres, La piastre, L’homme fragile, Un autre homme, Tu ne tueras point, Deux actrices, Souleyad, À hauteur d’homme, À l’origine d’un cri, Première neige

Prix :

Deux Gémeaux de la meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien

Livre :

India, mon amour, Éditions Libre expression, 1995

Biographie

Artiste polyvalente Louise Latraverse a sans cesse eu l’occasion de se réinventer au cours de sa longue carrière, que ce soit à la radio, à la télévision, au théâtre, à la mise en scène ou en écriture. Native d’Arvida, deuxième enfant d’une famille de quatre, Louise Latraverse lit dès l’âge de 12 ans des contes à la radio, au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Puis le destin amène sa famille à Montréal où, après avoir passé une audition, elle anime une émission matinale à CKVL aux côtés du respecté comédien Jean Coutu.

Bien qu’elle n’ait pas d’expérience en tant que comédienne, elle obtient ensuite un rôle dans le téléroman La côte de sable (SRC) et y joue, entre autres, avec Claude Léveillée. Tout s’enchaîne alors pour la jeune artiste multidisciplinaire. Elle a notamment l’occasion de se produire sur scène avec son amie Clémence DesRochers dans la première revue musicale féministe de la province, Les girls. C’est lors d’un séjour aux États-Unis qu’elle fait la rencontre, vers la fin des années 60, d’Emmet Grogan, auteur et fondateur du collectif anarchiste The Diggers. Elle quitte le Québec pour vivre à New York avec son époux, où elle mène une vie hors du commun, participant à des soirées chez Warhol et les Beatles.

Après la mort précoce de son mari, elle revient à Montréal avec son fils Max pour poursuivre sa carrière. Plus tard, au petit écran, elle fait rire les téléspectateurs avec son rôle de bonne candide dans le téléroman Poivre et sel. Aujourd'hui, curieuse de tout et des gens, elle est branchée sur le monde grâce à Twitter, toujours engagée dans mille et un projets. Elle ne se lasse pas de parcourir sa ville multiethnique, Montréal, qu'elle aime tant pour la richesse de ses habitants et de leurs cultures de tous horizons confondus. Louise encourage les liens intergénérationnels et est toujours prête à faire partager ses connaissances aux plus jeunes. Comme elle le dit si bien : « Ça prend une vie pour apprendre à vivre », et elle poursuit toujours cette quête avec ardeur et passion.

Après la mort précoce de son mari, elle revient à Montréal avec son fils Max pour poursuivre sa carrière. Plus tard, au petit écran, elle fait rire les téléspectateurs avec son rôle de bonne candide dans le téléroman Poivre et sel. Aujourd'hui, curieuse de tout et des gens, elle est branchée sur le monde grâce à Twitter, toujours engagée dans mille et un projets. Elle ne se lasse pas de parcourir sa ville multiethnique, Montréal, qu'elle aime tant pour la richesse de ses habitants et de leurs cultures de tous horizons confondus. Louise encourage les liens intergénérationnels et est toujours prête à faire partager ses connaissances aux plus jeunes. Comme elle le dit si bien : « Ça prend une vie pour apprendre à vivre », et elle poursuit toujours cette quête avec ardeur et passion.
 

Logo Personnalités

Photographies

Entrevue Magazine

Lire l'entrevue complète

0/0