Aller au contenu principal

André Melançon

Parcours de vie

Nom Complet :
André Melançon
Date de naissance :
Date de décès :
Signe distinctif :

Sa grande taille (6 pieds, 3 pouces)

Études :

Psychoéducation à l’Université de Montréal

Domaines d’expression :

Cinéma (réalisateur, scénariste, comédien, metteur en scène)

Principaux films à succès (fiction et documentaire) :


En tant que réalisateur : Les trains de la vie, Daniel and the Superdogs, L’âge de passion, Le Ciel sur la tête, Nénette, Rafales, Bach et Bottine, La Guerre des tuques, Fierro… l’été des secrets, L’espace d’un été, Les vrais perdants, Comme les six doigts de la main, Les tacots, Le violon de Gaston, Des armes et les hommes

En tant que scénariste : El verano del potro, Rafales, La grenouille et la baleine, Bach et Bottine, Comme les six doigts de la main, Les tacots, Le violon de Gaston, Des armes et les hommes

En tant qu’acteur : Vercingétorix : la légende du druide roi, Joyeux calvaire, Un muro de silencio, Refugio en la ciudad, Lance et compte II, Pouvoir intime, Doux aveux, Partis pour la gloire, Taureau, Réjeanne Padovani, Les allées de la terre

Réalisations à la télévision :

Asbestos, Ces enfants d’ailleurs, Cher Olivier
Adaptation télévisuelle et mise en scène de pièces de théâtre : Albertine, en cinq temps; La promesse de l’aube

Prix et récompenses :

Prix Jutra-Hommage pour l’ensemble de sa carrière, prix Albert-Tessier, Championnat de la LNI comme entraîneur, Grand prix du public au deuxième Festival international de films pour enfants de Chicago (La Guerre des tuques), Palme d’or au 14e Festival international du film de Moscou (La Guerre des tuques), Grand prix du Festival au troisième Festival international de cinéma jeune public de Laon (La Guerre des tuques), prix Bobine d’or pour le film ayant obtenu les meilleures recettes (La Guerre des tuques)

Lieu de naissance :

Rouyn-Noranda

Biographie

L’amour pour le jeu habite André Melançon depuis son enfance alors qu’il utilise le garage familial pour créer des pièces sous le regard admiratif et encourageant de sa mère. L’idée d’en faire un métier lui paraissant farfelue, il choisit d’abord une carrière de psychoéducateur afin de travailler auprès des jeunes en difficulté.

Après quelques années, il revient à sa première passion, grâce au cinéma, et réalise quelques documentaires, films didactiques et courts métrages. En 1978, son documentaire Les vrais perdants le fait connaître du grand public. Il participe par la suite à la série des Contes pour tous du producteur Rock Demers en réalisant coup sur coup La Guerre des tuques et Bach et Bottine, deux films dont le succès ici et ailleurs dans le monde en a fait des classiques de la cinématographie québécoise. Sa douceur, son écoute et sa curiosité lui font gagner le cœur des enfants qu’il dirige sur les plateaux de cinéma.

En parallèle à son métier de réalisateur, André Melançon joue dans une vingtaine de films et téléséries, est entraîneur à la Ligue nationale d’improvisation (LNI) et met en scène des pièces de théâtre.

Logo Personnalités

Photographies

Entrevue Magazine

Lire l'entrevue complète

0/0