Jeudi 16 janvier 2014 15 h 46 HNE

Logo Radio-Canada

Jazz et blues

Le son Peyroux

François Blain est réalisateur à l'émission MACADAM TRIBUS, diffusée le vendredi et le samedi de 20 h à 23 h, à la Première chaîne de Radio-Canada.

Mise à jour le mercredi 18 mars 2009 à 14 h 18

cote du film : 3.5

Une critique de François Blain

Madeleine Peyroux

Photo: La Presse Canadienne /AP Photo/ Jim Cooper

Madeleine Peyroux

Dès les premières notes du morceau d'ouverture (Instead), on entre dans l'univers de Madeleine Peyroux et de sa voix alto, soutenue par le rythme nonchalant des balais essuyant la batterie. La chanteuse américaine a un son, ce qui représente un atout indéniable.

Après une pause de huit ans entre son premier album (Dreamland) et son second (Careless love), Peyroux maintient une vitesse de croisière normale. Tous les deux ans ou à peu près, elle livre une douzaine de chansons surannées et bien ficelées, toujours dans les eaux du blues et du folk jazzy.

Des mots pour se dire

Depuis ses débuts discographiques en 1996, l'ex-artiste de la rue a surtout été interprète. Tout d'abord, elle a été comparée à Billie Holiday, à cause de sa voix, mais également de son répertoire. La jeune femme avait une vieille âme.

Aussi a-t-elle chanté des modernes comme Leonard Cohen, Joni Mitchell, Bob Dylan et Tom Waits. Comme elle a vécu en France et qu'elle y a fait la manche, la musicienne a puisé régulièrement dans le patrimoine français. Édith Piaf, Joséphine Baker ou Serge Gainsbourg dans la bouche d'une Américaine a toujours son charme.

Sur ce quatrième album, rien de tout cela: ni anciens, ni modernes, ni Français. L'interprète devient auteure-compositrice et écrit ou coécrit les 11 titres. Désormais dans la mi-trentaine, la femme un peu mystérieuse laisse ainsi entrevoir quelques pages de son journal personnel.

Formule gagnante

Bare bones

Le décès de son père en 2005 a pu être le déclencheur. River of tears témoigne de sa relation trouble avec celui-ci. Elle dédie I must be saved à la chanteuse Odetta, elle aussi décédée, en décembre dernier. La survie, la solitude et l'amour sont au coeur de ce disque.

Si la parolière nous montre une autre facette de sa personnalité artistique dans l'écriture, elle demeure fidèle depuis trois albums à Larry Klein (Joni Mitchell), réalisateur et complice. Walter Becker de Steely Dan, qui met sa griffe de compositeur sur trois titres, vient donner un petit air funky à You can't do me.

À cause de l'absence d'interprétations, il y a moins de repères, moins de relief pour l'auditeur qui retrouvera toutefois l'élégance décalée de cette Américaine blanche, inspirée par des égéries noires comme Billie Holiday et Bessie Smith.

Évolution tranquille

Avec Madeleine elle-même à la guitare acoustique, un orgue Hammond délicatement amené, un violon en dose homéopathique, son équipe musicale a construit un écrin pour sa voix chaude et mélancolique. C'est son son, sa marque de fabrique. Tout en tranquillité et en douceur.

Née en Georgie, elle salue une autre révolution, une nouvelle ère avec l'arrivée de Barack Obama à la présidence des États-Unis dans sa chanson de clôture, Somethin' grand. Dans le cas de Peyroux, par le seul fait d'avoir assumé tous les textes, ce quatrième disque n'a rien d'une révolution, mais constitue néanmoins une subtile évolution.

Madeleine Peyroux - Bare Bones / Rounder 1166132722

Besoin d'aide?

À lire aussi

30 mars 2009

Yann Perreau, l'artiste

18 mars 2009

Le son Peyroux

17 mars 2009

Des voix graciles

5 mars 2009

Dumas joue fort

19 février 2009

La Tracy Chapman du Mali

30 janvier 2009

Le meilleur de Mara Tremblay