Jeudi 16 janvier 2014 15 h 46 HNE

Logo Radio-Canada

La ligne orange

Mes Aïeux: à la fois décalés et actuels

François Blain est réalisateur à l'émission MACADAM TRIBUS, diffusée le vendredi et le samedi de 20 h à 23 h, à la Première chaîne de Radio-Canada.

Mise à jour le vendredi 10 octobre 2008 à 15 h 17

cote du film : 4

Une critique de François Blain

La ligne orange

L'un des tours de force du groupe Mes Aïeux est de s'inspirer de la musique folklorique, sans être cantonné exclusivement dans la période des fêtes de fin d'année et celle de la fête nationale.

L'autre est certainement d'avoir réussi à célébrer plus de 10 ans de vie commune, ce qui pour un groupe n'est pas chose fréquente. On peut ajouter désormais que la formation a aussi survécu à un énorme succès populaire - celui de la chanson Dégénérations/Le reel du fossé -, tout en demeurant fidèle à sa démarche initiale.

Quête identitaire

Par exemple, alors que la question nationale est considérée hors d'ordre, Mes Aïeux parlent de « secouer la paresse d'un pays-promesse » (La dévire). Ils adaptent le chant patriotique À la claire fontaine et déclarent que « c'est au nom de mon fils / que j'ai le poing levé » (Belle, embarquez)

Formé au lendemain de la défaite référendaire de 1995, le sextuor continue à magnifier le patrimoine québécois. Après La Corriveau, Alexis le Trotteur, Mes Aïeux ajoutent le Grand Antonio, sur un air manouche, à leur galerie de personnages légendaires. N'ont-ils pas repris Le Géant Beaupré sur le disque hommage à Beau Dommage?

Cette quête identitaire s'attarde aussi à des icônes contemporaines comme le Forum de Montréal et ses fantômes ainsi que Le stade (conte complet). Dans ce dernier cas, la plume du parolier Stéphane Archambault évoque habilement les faits saillants de cette saga olympique avant d'imaginer le grand bol comme un vaisseau spatial.

Arrive en ville

Mes aïeux

Photo: Virginie Gueny

À l'époque des téléchargements, Mes Aïeux étonnent aussi en mettant le paquet sur une pochette et un livret de 35 pages, dessinés par nul autre que le bédéiste Michel Rabagliati (Paul dans le métro, Paul à la pêche, etc.).

Déjà inspiré par Montréal, son coup de crayon naïf convient parfaitement à l'univers de Mes Aïeux, qui n'ont jamais caché faire « une musique gossée à la main par des artisans de chez nous ».

Avec un titre d'album comme La ligne orange, des sujets franchement montréalais comme le Forum, Antonio ou le stade, Mes Aïeux se rapprochent encore plus de Beau Dommage (les harmonies vocales, une fille dans un groupe de gars) à qui ils ont été parfois comparés.

Décalé et actuel

Malgré un nom de groupe rébarbatif qui sent la nostalgie à plein nez, Mes Aïeux est en résonnance avec son époque. Ils abordent des thèmes comme le web (Prière cathodique), les stratégies de séduction dans un bar (La basse-cour) ou la relation amoureuse (La grande tornade).

Malgré les nombreuses références folkloriques, Mes Aïeux réussissent à rejoindre des auditeurs qui, en d'autres temps, fuient ce genre systématiquement. Leur approche pop, théâtrale (costume scénique) et sans prétention les rend sympathiques et leur permet d'être à la fois décalés et actuels.

Mes Aïeux
La ligne orange
Disques Victoire VIC2-3661

Besoin d'aide?

À lire aussi

30 mars 2009

Yann Perreau, l'artiste

18 mars 2009

Le son Peyroux

17 mars 2009

Des voix graciles

5 mars 2009

Dumas joue fort

19 février 2009

La Tracy Chapman du Mali

30 janvier 2009

Le meilleur de Mara Tremblay