Jeudi 16 janvier 2014 15 h 46 HNE

Logo Radio-Canada

Livres Paul à Québec

Michel Rabagliati, ou l'art de l'évocation sensible

Mise à jour le mercredi 22 avril 2009 à 14 h 23

Un texte de Florence Meney

L'auteur et dessinateur montréalais Michel Rabagliati a beau demeurer dans l'âme un artiste réservé, presque timide, il est devenu un incontournable dans le monde du livre au Québec.

Ce renom bien mérité lui impose ces temps-ci une présence intense dans les médias et dans les salons du livre, dans le sillage de la sortie de son nouvel opus de la série bien connue des Paul, soit l'excellent, osons dire le génial Paul à Québec, publié, tout comme les précédents, aux éditions de la Pastèque.

On connaissait déjà bien l'univers tendre et évocateur des albums de la série des Paul, avec leurs dessins dépouillés, mais toujours parfaitement calqués au propos, en noir et blanc, bâtis autour de deux héros: Paul, le sympathique alter ego de son « papa », et Montréal, celui des années 70 au premier chef.

Cette fois, c'est dans le présent ou peu avant que nous promène Michel Rabagliati, au fil des nombreuses pages d'un substantiel volume à mon sens encore plus achevé, plus fort, plus épuré que les précédents, ce qui n'est pas peu dire.

Maîtrisant totalement l'art de traiter avec tact les sujets difficiles, Michel Rabagliati aborde de front dans cet album la question d'un deuil très proche, en l'occurrence celui de son beau-père Roland (car l'artiste parle toujours de ceux et de ce qu'il connaît).

Autour de la grande et chaleureuse famille élargie de Paul, qui emménage dans le quartier Ahuntsic, le lecteur suit la maladie de Roland, les inquiétudes des proches, les espoirs, les joies éphémères, les soins au malade. La fin.

Sinistre sujet? Pas du tout, car la force de l'auteur est justement, sans éclipser la dure condition humaine, de susciter l'espoir, un espoir né avant tout de l'amour qui règne entre les membres de la famille et qui transcende la tragédie.

Les dessins doux, en ombre et en lumière, et dans lesquels les visages revêtent des expressions sciemment enfantines, innocentes, ouvertes, font vibrer toutes les facettes des sentiments humains, révélant une nouvelle fois la profondeur de l'univers de l'auteur, qui a pourtant souvent confessé confiner son horizon à Montréal.

Car en lisant ce dernier Paul, c'est ce qui saute aux yeux: si Michel Rabagliati a choisi de délimiter son champ d'action, son territoire géographique, son art, lui, déborde pour toucher à ce qui est fondamentalement commun à l'humanité entière. Et c'est pourquoi il est difficile:

  • de lâcher l'album avant la dernière page;
  • de ne pas essuyer une larme, mais une larme bénéfique, en refermant l'ouvrage.

Paul à Québec
Éditions de la Pastèque
2009

Michel Rabagliati est né en 1961 à Montréal où il a grandi dans le quartier de Rosemont. Montréal, ses personnages, ses recoins, son atmosphère sont à la base, au coeur de son oeuvre.

Besoin d'aide?