Jeudi 16 janvier 2014 15 h 46 HNE

Logo Radio-Canada

Livres / Prix littéraire

Une blogueuse récompensée

Mise à jour le mardi 29 avril 2008 à 8 h 27

PartagerTexte

Un texte d' Isabelle Montpetit

Caroline Allard, Francine Ruel et Mathyas Lefebure lors de la remise des prix littéraires Archambault

Photo: www.charleshenridebeur.com

Caroline Allard, Francine Ruel et Mathyas Lefebure lors de la remise des prix littéraires Archambault

Elle a la trentaine, deux enfants, un bureau de consultation en communications politiques, une thèse de philosophie en rédaction. Et un blogue intitulé Chroniques d'une mère indigne, où elle raconte avec un humour désopilant les vicissitudes de la maternité.

Caroline Allard, qui est sortie de l'anonymat lorsque les éditions du Septentrion lui ont proposé de publier ses chroniques sur papier, le reconnaît simplement: elle a un talent rare pour faire s'esclaffer le lecteur.

Ce qui me fait le plus plaisir, c'est quand une lectrice me dit qu'elle a réveillé son chum en éclatant de rire pendant qu'elle lisait une de mes chroniques.

— Caroline Allard

Ce talent lui a valu de remporter le plus grand nombre de votes du public pour le Grand Prix littéraire Archambault, devançant des auteurs établis comme Chrystine Brouillet, Robert Lalonde ou Marie-Sissi Labrèche.

Le grain de sel des lecteurs

Il faut dire que son public, elle l'avait déjà conquis dans son blogue, bien avant de publier son recueil de chroniques. Certains billets lui valent des dizaines de commentaires. Surtout de mères, mais aussi d'hommes et de femmes sans enfants, et même d'adolescents.

Ces commentaires ont d'ailleurs influencé son style.

Quand j'ai commencé, mon écriture était plus sage. En lisant les réactions des lecteurs, parfois très drôles, je me suis laissée aller.

— Caroline Allard

Chroniques d'une mère indigne

Dans le livre, elle a inclus les commentaires les plus drôles et ceux qui apportent un point de vue différent.

Mère indigne a entrepris d'écrire son blogue après avoir accouché de son deuxième enfant, notamment pour entrer en contact avec d'autres mères. « Nous avons toutes des pensées "pas correctes", qui en fait ne reflètent pas notre moi profond. Quand j'en avais une, j'allais sur mon blogue », raconte-t-elle.

Les mères se sont reconnues dans ces récits qualifiés d'autofictions par leur auteure. Plusieurs internautes disent d'ailleurs avoir offert le livre à des amies qui venaient d'accoucher.

Autre blogueur, autre prix

L'autre prix littéraire Archambault, le Grand Prix de la relève, a été attribué à Mathyas Lefebure pour D'où viens-tu berger? Dans ce récit, cet ancien publicitaire raconte comment il est devenu berger en Provence. Un récit d'abord entrepris sous forme de blogue...

PartagerHaut de page