Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

Livres

Mise à jour le lundi 28 mai 2007 à 7 h 08
Envoyer à un ami

Bande dessinée

Nouveau titre pour un dessinateur québécois

Un texte de Richard Raymond

Une bande dessinée, comment ça se fait? C'est un peu comme un film. Ça fait partie de la vie quotidienne. Et pourtant, il y a là de la magie, du mystère.

Photo: www.amazon.fr

Thierry Labrosse est montréalais et dessinateur de bande dessinée. Il a créé une héroïne: Moréa.

Il a dessiné les quatre premiers tomes de ses aventures, qui se sont vendus de 20 000 à 25 000 exemplaires.

Le cinquième vient de sortir.

Une préférence marquée pour...

Même si son médium, c'est la courbe, le cadre et la planche, en entrevue avec Radio-Canada.ca, il se montre disert, chaleureux. En tout cas, il ne cache pas ses préférences. « J'ai une préférence et une facilité pour les personnages féminins. Je prends beaucoup de plaisir à les dessiner, je pense que ça paraît. »

En effet. Moréa, comme toutes les femmes de l'album, est une fille bien en chair: lèvres charnues, poitrine généreuse, jambes bien galbées.

Mais, au-delà de son goût pour les personnages féminins, il y a l'histoire. Et Thierry Labrosse sait qu'il doit être au service du scénario.

Photo: www.thierrylabrosse.com

« J'essaie toujours de raconter le mieux l'histoire au niveau de l'émotion. » -Thierry Labrosse

Travail de réalisateur

Pour cela, il fait un découpage, il pense à la façon la plus efficace de faire une mise en page et de choisir les cadres. Il se demande où mettre sa « caméra » dans le dessin. Car le bédéiste se définit comme un réalisateur de cinéma. D'ailleurs, à la lecture du tome 5 de Moréa, on constate qu'il joue beaucoup sur les différents plans: d'ensemble, américains, gros plans.

Effectivement, je joue là-dessus. Tout ça, dans une espèce d'équilibre de la planche, de la page au complet. — Thierry Labrosse

Pour lui, il y a une relation étroite entre cadres et planche. « Tout ça doit se tenir. »

Que ce soit pour le choix d'un plan, de la technique, de la place que le protagoniste occupe dans le cadre, Thierry Labrosse se fie à son instinct.

Mais il n'y a pas que l'aspect technique du dessin. Il y a la vie à laquelle le lecteur doit croire. Il est conscient qu'il lui faut insuffler une vie au personnage, une émotion.

Ça, ça se fait beaucoup au niveau du dessin. On sort de la réalisation, et on entre dans le rôle du jeu d'acteur. — 

Il lui arrive de dessiner une case et de se dire que la posture ne convient pas à la scène, que le regard ne soutient pas assez le propos. « Ce n'est pas la bonne attitude. »

Il recommence pour traduire l'émotion par la bonne attitude. Moréa est un album fait d'aventures débridées, d'humour, de provocation sexuelle, de violence: l'horreur, la surprise, le plaisir, la provocation, la stupéfaction ou la hargne animale y sont omniprésents.

J'essaie d'insuffler le plus de vie possible, de crédibilité au personnage, en général. — 

Conseils aux bédéistes en herbe

Quelles qualités faut-il avoir pour devenir dessinateur de BD? De la patience, de la persévérance et du travail, répond le bédéiste. « Je dirais à quelqu'un qui veut faire de la bande dessinée, que ce soit au niveau de l'écriture ou du dessin, il faut travailler très fort. Il faut maîtriser son métier pour arriver à convaincre un éditeur, à convaincre un public. »

Il prévient que ce n'est pas une voie facile. Toutefois, celui ou celle qui est prêt(e) à y consacrer les heures nécessaires réussira, selon M. Labrosse.

Des projets

Un tome 6 est en route? Thierry Labrosse ne sera pas de l'aventure. « J'ai décidé de passer à autre chose. » Il va abandonner Moréa, la laisser tomber. Parions qu'elle pleurera toutes les larmes de son corps. Pour l'éternité, puisqu'elle est immortelle. La boutade fait rire Thierry Labrosse. Peu importe, sa décision a été mûrement réfléchie. « Ce n'est pas un coup de tête. Ce n'est pas mon histoire. Pour toutes sortes de raisons, je sens le besoin de faire autre chose. » Pour l'instant, il préfère ne pas en parler.

En attendant, il mise sur l'exposition de ses tableaux grand format, présentés à la galerie Attakus de Montréal.

Moréa tome 5 - La brûlure des ténèbres

Scénario: Christophe Arleston et Dominique Latil
Dessin: Thierry Labrosse
Couleurs: Christian Goussale
Soleil Productions

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes