Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

Livres

Mise à jour le jeudi 22 mars 2007 à 11 h 37
Envoyer à un ami

Plagiat aux Intouchables

Marie-Pier Côté avoue

L'éditeur Michel Brûlé

L'éditeur Michel Brûlé

Dans un communiqué, le père de l'auteure de 12 ans indique que sa fille a avoué avoir copié intégralement une « fanfiction » française pour en faire son roman Laura l'immortelle.

Il a présenté ses excuses à la maison d'édition et à l'auteur du texte original. Il a en outre tenu à préciser que sa fille, ayant maintenant à faire face à sa famille et à ses amis, est déjà fortement punie.

Dès mardi, les parents avaient fait part de leur tristesse et défendu leur fille en indiquant qu'elle avait d'excellents résultats scolaires.

Après avoir appris en début de semaine d'étonnantes similitudes entre la trame du livre et le film Highlander, on découvrait mercredi que le roman publié en janvier reprenait presque mot pour mot un texte publié sur le web en 2001.

Mentionnées dans un forum de discussion consacré à Highlander, ces informations sur les ressemblances entre ce film et le roman publié par la maison de Michel Brûlé ont mis la puce à l'oreille d'un informaticien français, Frédéric Jeorge. Celui-ci a lu le roman et a constaté que c'était une copie à 99 % du récit Des cendres et du vent, qu'il avait publié sur Internet, entre 2001 et 2002.

Bon éditeur ou non?

L'éditeur Michel Brûlé dit avoir été berné: « Jamais je ne me serais attendu à ce que ce soit un plagiat, parce que j'avais l'impression d'être en face d'un petit génie ».

Il s'est engagé à verser à Frédéric Jeorge toutes les recettes du livre. Il veut aussi que les parents de Marie-Pier Côté lui remboursent les 24 469,32 $ de frais de production du roman, tiré à 5000 exemplaires.

Toutefois, Hélène Derome, vice-présidente de l'Association nationale des éditeurs de livres du Québec, est d'avis que la structure même d'une maison d'édition, avec comité de lecture, équipes de correction et de révision aurait dû permettre d'éveiller les soupçons. « C'est le travail d'édition qu'un éditeur fait avec son auteur, qui peut lui permettre, un moment donné, d'avoir des doutes sur la qualité du travail », estime-t-elle.

Une « fanfiction » est un récit inspiré d'une oeuvre, reprenant ses personnages et son univers. Les « fanfictions » de Harry Potter, par exemple, pullulent.