Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

Cinéma

Mise à jour le mercredi 5 mars 2008 à 15 h 47
Envoyer à un ami

Cinéma et télévision

Une minorité égale

Logo de la Société de développement des entreprises culturelles

Les réalisatrices sont moins nombreuses que les réalisateurs à demander du financement de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC).

Toutefois, elles reçoivent de l'aide dans la même proportion que leurs collègues masculins, conclut une étude statistique de l'organisme gouvernemental québécois.

La SODEC octroie notamment du financement aux réalisateurs et aux scénaristes québécois désireux de créer un film ou une production télévisée.

L'organisme gouvernemental a cherché à savoir si ses programmes d'aide en cinéma et en production télévisuelle traitaient les femmes de façon équitable. Elle base son étude sur des données issues de ses derniers exercices financiers (2004-2005 à 2006-2007).

L'analyse a fait ressortir que le nombre de projets déposés par des femmes auprès de la SODEC constituait le tiers des demandes. — SODEC

Le tiers des demandes; la moitié de l'aide

Par exemple, 69,8 % des demandes d'aide déposées dans le cadre du programme d'aide à la scénarisation de la SODEC proviennent d'hommes. Cependant, les taux de réponse favorables sont similaires:

  • femmes: 52,8 %
  • hommes: 53,8 %

Les femmes sont encore moins nombreuses à soumettre une demande dans le cadre du programme d'aide à la production, dit la SODEC. Toutefois, elles bénéficient d'un taux d'acceptation plus élevé (33,9 %) que les hommes (26,4 %) au cours de la période étudiée.

Autant en cinéma qu'en production télévisuelle, les comités de lecture chargés d'étudier ces demandes d'aide sont composés à parts égales d'hommes et de femmes, signale l'étude.

Cette étude statistique de la SODEC a été commandée à la suite d'un débat soulevé au printemps 2007 par le groupe Les réalisatrices équitables. Elles revendiquaient notamment « que les fonds destinés au cinéma et à la télévision soient accordés de façon plus équitable aux réalisatrices ».

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes