Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

+ d'arts et spectacles

Mise à jour le mercredi 8 février 2006 à 10 h 19
Envoyer à un ami

Caricatures de la discorde

Un journal français en rajoute

Voilà qui pourrait jeter de l'huile sur le feu dans l'affaire des caricatures du prophète Mahomet.

L'hebdomadaire Charlie Hebdo publie les caricatures du prophète Mahomet

L'hebdomadaire Charlie Hebdo publie les caricatures du prophète Mahomet.

En France, l'hebdomadaire satirique de gauche Charlie Hebdo a publié mercredi les 12 caricatures publiées en septembre par le quotidien danois Jyllands-Posten. Elles sont accompagnées de dizaines de nouvelles caricatures qui s'en prennent à l'islam et à d'autres religions, et de commentaires d'intellectuels musulmans favorables à leur publication.

L'hebdomadaire affirme vouloir analyser la polémique et ses conséquences et « montrer que la liberté d'expression doit être plus forte que l'intimidation ».

Philippe Val, rédacteur en chef de Charlie Hebdo

Le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Philippe Val

En entrevue à la télévision de Radio-Canada, mercredi matin, le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Philippe Val, a soutenu qu'il ne fallait jamais reculer devant le chantage et le terrorisme des groupes extrémistes, sous peine de faire mourir la démocratie.

Sous le titre « Mahomet débordé par les intégristes », le tirage de l'hebdomadaire, habituellement de 100 000 exemplaires, a été porté à 160 000 exemplaires, puis à 320 000.

Charlie-Hebdo

Photo: AFP/Jacques Demarthon

Les copies du magazine se sont rapidement vendues

Mardi, des organisations musulmanes, dont le Conseil français du culte musulman et l'Union des organisations islamiques de France, avaient saisi la justice pour demander l'interdiction de ce numéro, considérant que sa publication constituait une « injure raciale et religieuse ».

Elles ont cependant été déboutées pour vice de forme, les juges n'ayant pas statué sur le fond de la demande. Les associations islamiques entendent cependant entamer de nouvelles procédures judiciaires contre l'hebdomadaire.

Le président français a réagi mercredi en condamnant toutes les « provocations manifestes » susceptibles d'attiser les tensions. « Tout ce qui peut blesser les convictions d'autrui, en particulier les convictions religieuses, doit être évité. La liberté d'expression doit s'exercer dans un esprit de responsabilité », a-t-il déclaré.

Jacques Chirac a également condamné les violences perpétrées depuis quelques jours contre certaines missions diplomatiques étrangères au Moyen-Orient.