Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

+ d'arts et spectacles

Mise à jour le vendredi 27 janvier 2006 à 13 h 10
Envoyer à un ami

Humour

Jacques Chirac piégé par un faux Stephen Harper

Le président français Jacques Chirac a été victime d'un canular d'humoristes québécois qui ont réussi à s'entretenir avec lui au téléphone en se faisant passer pour le premier ministre désigné canadien Stephen Harper.

Un enregistrement de la conversation doit être diffusé sur les ondes vendredi après-midi, selon un communiqué de la station.De son côté, la présidence française, interrogée, a confirmé avoir été victime d'un canular.

Collaborateurs bidon
Le duo d'humoristes Marc-Antoine Audette et Sébastien Trudel, connu sous le pseudonyme de Justiciers masqués, a contacté l'Élysée jeudi après-midi, se faisant passer pour des collaborateurs de Steven Harper et affirmant que ce dernier voulait s'entretenir avec le président français.

Jacques Chirac s'est adressé à la nation, lundi soir.

Quelques minutes plus tard, l'un des humoristes prétendant être le futur premier ministre canadien a eu le président Chirac en ligne. Celui-ci a félicité le faux Stephen Harper pour sa victoire électorale et l'a invité à effectuer une visite en France. Le faux Stephen Harper lui a répondu qu'il comptait faire la première partie d'un spectacle du chanteur canadien Garou, lors de son prochain voyage en France.

La mauvaise réputation
L'Agence France presse, qui a obtenu l'extrait sonore, rapporte que, doté par l'humoriste d'un accent forcé, le faux leader du Parti conservateur s'est plaint que les journaux français lui aient fait une « mauvaise réputation » et a exprimé l'espoir de pouvoir l'améliorer, à quoi Jacques Chirac a répondu: « Je n'ai aucune inquiétude et les responsables français n'ont aucune inquiétude. Vous ne pouvez pas empêcher les journaux de dire n'importe quoi. C'est vrai en France et c'est vrai au Canada ».

Les Justiciers masqués ont déjà piégé plusieurs personnalités dont le chanteur irlandais Bono et le magnat américain de l'immobilier Donald Trump.