Phénix : les syndicats réclament une enquête nationale publique

Le nombre de fonctionnaires fédéraux aux prises avec des problèmes liés au système de paye Phénix demeure très élevé. Photo : Radio-Canada

L'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) s'apprête à réclamer la tenue d'une enquête publique nationale pour obtenir des réponses dans le dossier Phénix et comprendre les causes du fiasco.

Le syndicat veut déterminer s'il y a eu négligence, incompétence ou encore des jeux politiques à l'origine de l'implantation d'un système de paye qui cause des maux de tête depuis février 2016 à plus de 150 000 employés de la fonction publique.

Les fonctionnaires qui ne sont pas payés correctement sont « au bout du rouleau », lâche d'emblée la vice-présidente exécutive régionale pour l'AFPC au Québec, Magali Picard.

On ne croit pas que tous les problèmes seront réglés au cours de l'année 2018. C'est une situation épouvantable. Il n'y a pas de mots pour décrire ça.

Magali Picard, vice-présidente exécutive régionale, Alliance de la Fonction publique du Canada au Québec

Mme Picard souligne que les tentatives pour régler les problèmes liés à Phénix ont déjà coûté près d'un milliard de dollars aux contribuables canadiens.

« Le gouvernement du Canada va devoir faire une enquête nationale publique », affirme-t-elle. « Les contribuables – et les fonctionnaires qui ont été touchés par ces problèmes-là – ont le droit de savoir ce qui s'est passé. Comment est-ce qu'on a pu aller de l'avant avec un système qui nous donnait des messages d'erreur? On doit faire la lumière là-dessus. »

Magali Picard, vice-présidente exécutive régionale, Québec, AFPC Photo : Radio-Canada

Magali Picard croit qu'une commission d'enquête publique permettrait de déterminer, entre autres, ce qui a poussé le gouvernement conservateur à signer un contrat avec la compagnie IBM pour implanter Phénix.

« Pourquoi a-t-on acheté cet outil, en sachant que l'Australie avait des problèmes d'une ampleur aussi grande que ce qu'on connaît aujourd'hui au Canada? Quelles ont été les promesses faites par IBM au gouvernement canadien pour le convaincre d'acheter ce produit-là? Quels sont les détails du contrat? », demande-t-elle.

Mme Picard rappelle que Justin Trudeau est arrivé en poste en octobre 2015 et que dès février 2016, le système de paye Phénix a commencé à être mis en place.

Elle explique qu'il y a eu une première phase de mise en oeuvre et que, déjà, des problèmes et des cas sérieux sont apparus.

« Nous, les syndicats, on faisait des entrevues à Radio-Canada en avril 2016 et on disait au gouvernement d'arrêter la mise en oeuvre, de ne pas aller de l'avant avec la phase 2, parce que ça n'allait pas bien », explique Mme Picard.

« Pourtant, il y a quand même quelqu'un quelque part qui disait à la ministre Foote que c'était des problèmes mineurs et qu'on pouvait poursuivre la mise en oeuvre. Pourquoi? Quelle était l'intention de ces gens-là, de ces décideurs, en poursuivant la mise en oeuvre? », lance Mme Picard.

Il y a quelqu'un, quelque part, dans la machine gouvernementale qui a dit : ''Le système est prêt, on peut commencer à transférer des cas réels dans cet outil-là.'' De toute évidence, l'outil n'était pas prêt.

Magali Picard, vice-présidente exécutive régionale, Alliance de la Fonction publique du Canada au Québec

La porte-parole de l'AFPC dit que son syndicat n'a pas été écouté. Pire, précise t-elle, il a été traité d'alarmiste.

L'implantation s'est poursuivie. Quelques mois plus tard, la ministre de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) de l'époque, Judy Foote, reconnaissait l'existence de près de 80 000 cas de fonctionnaires aux prises avec des problèmes de paye.

« Est-ce qu'on a donné des primes à des hauts fonctionnaires qui étaient imputables pour Phénix? Les contribuables ont le droit de savoir, parce que c'est leur argent qui a payé pour ce fiasco », soutient Magali Picard.

Est-ce qu'il y a eu sabotage? Si c'est carrément de l'incompétence ou de la négligence, qui a payé pour ça?

Magali Picard, vice-présidente exécutive régionale (VPER) pour l'Alliance de la Fonction publique du Canada au Québec
Stéphane Aubry est vice-président à l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada Photo : Radio-Canada

De son côté, le vice-président régional de l'Institut de la fonction publique du Canada (IFPC), Stéphane Aubry, insiste sur les leçons à tirer pour l'avenir. Il appuie l'initiative de l'Alliance de la fonction publique du Canada.

« Le premier rapport du vérificateur général nous a permis de voir ce qui se passait avec Phénix, en termes de coût et de pistes de solutions. Le prochain rapport devrait nous en apprendre davantage sur l'historique de Phénix. Mais il y a encore beaucoup de questions en suspens » avance-t-il. « Une commission d'enquête permettrait d'avoir une meilleure idée de ce qui s'est passé, de savoir s'il y a eu des jeux politiques pour arriver à développer ce système qui ne fonctionne pas et qui coûte très cher. »

Une telle enquête devrait permettre de voir ce qui ne s'est pas fait correctement et de donner de nouvelles orientations au gouvernement pour bien gérer l'argent des contribuables.

Stéphane Aubry, vice-président régional, Institut de la fonction publique du Canada

Pour Stéphane Aubry et Magali Picard, la priorité dans l'immédiat est de continuer à faire pression sur le gouvernement pour trouver des solutions et faire en sorte que les fonctionnaires touchés par les problèmes de Phénix soient payés correctement.

Une demande officielle pour une enquête publique nationale sera déposée « en début d'année », selon Mme Picard.

D'ici là, les attentes des deux syndicats sont claires.

« On veut une pleine collaboration avec le gouvernement, on veut de la transparence, on veut avoir les chiffres réels. On veut que le gouvernement indemnise les personnes touchées », explique Magali Picard. « On demande une mise à jour quotidienne ou du moins hebdomadaire des actions entreprises pour corriger les problèmes dus à Phénix. »

Le 28 février marquera le deuxième anniversaire de l'implantation du système de paye Phénix. L'Alliance de la fonction publique du Canada et l'Institut de la fonction publique du Canada promettent déjà une mobilisation importante à la grandeur du pays.