Une pénurie de médecins qui s'aggrave aux Escoumins?

L'installation du CISSS de la Côte-Nord aux Escoumins Photo : Radio-Canada

La présidente du Syndicat des intervenantes et des intervenants de la santé du Nord-Est québécois, Nathalie Savard, demande à la direction du CISSS de la Côte-Nord de prendre des mesures afin de rétablir rapidement le nombre de lits d'hospitalisation à l'installation des Escoumins.

La pénurie de médecins a amené la direction du CISSS à faire passer le nombre de lits d’hospitalisation aux Escoumins de 18 à 6, du vendredi 17 novembre jusqu’au 4 janvier.

Les patients nécessitant une hospitalisation de plus de 72h, outre les patients ayant besoin de soins palliatifs, sont transférés à Baie-Comeau depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle directive. Jusqu’à présent, cinq patients auraient été transférés à Baie-Comeau selon Nathalie Savard.

Le syndicat a rencontré des membres de la direction pour discuter de l’importance de ne pas surcharger le personnel de Baie-Comeau.

Nathalie Savard s’explique mal pourquoi les problèmes de pénurie de médecins aux Escoumins s’aggravent.

La pénurie de médecins aux Escoumins n'est pas nouvelle Photo : iStock

« Depuis le début qu’ils nous disent qu’ils sont en recrutement de médecins, indique Nathalie Savard, mais quand on va sur le site du CISSS de la Côte-Nord, il manquait deux médecins aux Escoumins, là ils nous disent qu’il en manque cinq ou six, de mémoire, alors je ne sais pas ce qui s’est passé? Et c’est tout cela que l’on demande aussi, c’est quoi les efforts qui ont été faits? »

L’accès à un tel service de proximité ne devrait pas être pris à la légère par l’employeur estime Nathalie Savard.

« Oui il y a les conditions de travail de nos membres, mais en même temps nos membres vivent dans la région de la Côte-Nord, souligne Nathalie Savard. C’est important de se battre pour que les services demeurent de proximité. »

Une partie de l'équipe de l'installation du CISSS des Escoumins Photo : Radio-Canada

« Alors c’est important que les gens des Escoumins restent avec leurs services, près de leurs gens, poursuit Nathalie Savard. Écoutez, on est un grand territoire, c’est de la route, c’est des conditions pas faciles quand on a à se déplacer pour aller voir quelqu’un de notre famille. »

La présidente du Syndicat des intervenantes et des intervenants de la santé du Nord-Est québécois dit craindre que la réduction de lits se prolonge au-delà du 4 janvier.

Des syndiqués seront présents à la rencontre du conseil d’administration du CISSS en fin d’après-midi pour interpeller la direction du CISSS à ce sujet.