Des médecins recommandent des pistes cyclables sur les artères de Montréal

Une cycliste sur la rue Sherbrooke où il n'y a ni piste ni bande cyclable. Jusqu'à 3400 cyclistes y roulent chaque jour. Photo : Radio-Canada/Thomas Gerbet

EXCLUSIF - Un groupe de médecins remettra sous peu un rapport à la nouvelle mairesse, Valérie Plante, au sujet des problèmes de sécurité des cyclistes à Montréal. L'étude, obtenue par Radio-Canada, regrette l'absence de pistes cyclables sur plusieurs des plus importantes artères de la métropole.

Un texte de Thomas Gerbet

L'urgentologue Éric Notebaert voit trop souvent arriver dans son centre de traumatologie de l'Hôpital du Sacré-Cœur des personnes blessées en faisant du vélo. Il estime que le réseau cyclable montréalais pourrait être plus sécuritaire s'il était plus développé, mais aussi mieux pensé.

Il regrette que des artères principales de Montréal, pourtant très fréquentées par les vélos, n'aient pas de pistes cyclables. Par exemple, c'est le cas des rues Sherbrooke et Jean-Talon, des boulevards Saint-Laurent et Pie-IX ou encore des avenues Atwater et des Pins.

Avec son Association canadienne des médecins pour l'environnement (ACME), l'urgentologue a commandé une étude à des chercheurs du Département de génie civil de l'Université McGill et de Polytechnique Montréal. Leur rapport propose l'ajout de 12 tronçons cyclables nord-sud et 12 tronçons est-ouest que nous avons représentés en bleu sur cette carte.

Les auteurs du rapport ont pris en compte les endroits « à haut risque » du réseau, notamment les intersections où l'on constate le plus de blessures pour les cyclistes. Les voies cyclables avec de la peinture au sol sont considérées par les médecins comme tout aussi dangereuses que si la peinture n'était pas là.

Les nouvelles pistes cyclables proposées ont aussi pour objectif de mieux mailler un réseau qui présente des « trous », c'est-à-dire des segments non continus. « En moyenne, le réseau cyclable de Montréal présente une discontinuité tous les 1,3 kilomètre », mentionnent les auteurs du rapport.

Protéger à moindre coût

Actuellement, la Ville de Montréal a prévu un budget de 30 millions pour ajouter 50 kilomètres de voies cyclables par année. Le rapport recommande à la Ville « une approche plus robuste » en planifiant le double : 100 kilomètres par année. Ainsi, les 24 nouveaux tronçons proposés pourraient être achevés en deux ans.

« Beaucoup de choses peuvent être faites à un coût tout à fait acceptable », croit l'urgentologue Éric Notebaert. Il propose de retirer une rangée de stationnements sur Sherbrooke ou bien d'utiliser les voitures stationnées comme moyen de séparation entre la piste et la route, comme cela se fait déjà sur d'autres rues. Plutôt que de créer des pistes en site propre, Éric Notebaert suggère aussi des séparateurs moins chers, comme des murets de béton ou des bacs à fleurs.

On pourrait améliorer le réseau cyclable à un coût de 20, 30 ou 40 000 $ du kilomètre plutôt que 500 000 ou 1 million de dollars du kilomètre.

Éric Notebaert, Association canadienne des médecins pour l'environnement.

Un Montréalais sur deux fait du vélo et un sur quatre utilise sa bicyclette régulièrement comme moyen de transport. L'Association des médecins pour l'environnement rappelle que développer la pratique du vélo est une nécessité de santé publique, en raison des bénéfices du transport actif (diminution de l'obésité, du diabète, des maladies cardiovasculaires, etc.), mais également de la réduction des gaz à effet de serre.

Densité des réseaux routier et cyclable, à Montréal

  • Densité des routes : 13,6 kilomètres de route par kilomètre carré
  • Densité des installations cyclables : 1,2 kilomètre de voie cyclable par kilomètre carré