Jeff Fillion blâmé pour des propos à l'endroit de femmes autochtones de Val-d'Or

Jeff Fillion Photo : La Presse canadienne/Tobin Grimshaw

Le Conseil de presse du Québec blâme sévèrement l'animateur Jeff Filion et la station CHOI 98,1 FM pour des propos racistes, sexistes, dégradants et haineux à l'égard des femmes autochtones. La plainte déposée contre Jeff Filion concerne des propos qu'il a tenus lors de l'émission Fillion, diffusée le 15 novembre 2016 dans la foulée de la diffusion du reportage d'Enquête sur des allégations d'abus policiers à l'endroit de femmes autochtones de Val-d'Or.

Avec les informations de Karine Mateu

Durant l'émission, l'animateur revient sur les allégations formulées par des femmes autochtones à l'émission Enquête de Radio-Canada sur des agressions sexuelles dont elles disent avoir été victimes de la part de policiers de Val-d'Or.

Les plaignants résument les arguments avancés par Jeff Fillion au fait que les policiers n'ont pu commettre des agressions parce qu'ils sont beaux, alors que les victimes alléguées ne le sont pas.

Des propos qui encouragent les préjugés

Dans la présente plainte, le Conseil estime que les propos tenus par l'animateur sont extrêmement dégradants, méprisants et viennent encourager les préjugés envers les femmes des Premières Nations.

Sans constituer directement une incitation à la violence, de tels propos sont néanmoins susceptibles de la banaliser, ce qui de l'avis du Conseil est tout aussi déplorable.

Le Conseil estime que le mépris dont il est question est d'autant plus répréhensible qu'une telle situation commandait au contraire une grande sensibilité.

 

Blâme sévère

Le grief de propos racistes, sexistes, dégradants et haineux entretenant les préjugés, portant atteinte à la dignité des personnes et engendrant la violence est donc retenu.

Le Conseil de presse blâme aussi sévèrement l'animateur. On peut lire dans la décision que « le blâme sévère est décerné en raison de la gravité de la faute et du fait que l'animateur et la station de radio qui l'emploie n'en sont pas à leurs premières fautes en ces matières ».

La station CHOI 98,1 FM a refusé de répondre à la présente plainte.

Jugement sans effet

La décision du Conseil de presse n'est rattachée à aucune sanction, puisqu'il s'agit d'un tribunal d'honneur. Le Conseil de presse du Québec a été fondé en 1973. Présidé par Paule Beaugrand-Champagne, il rend environ une demi-douzaine de décisions par mois. Les plaintes sont jugées par un comité composé de sept personnes.