Imprimer cette page

Jeudi 7 août 2008 12:56 MTL

En profondeur

Infections mortelles à Sainte-Justine

Un an et demi avant de fermer

Mise à jour le vendredi 27 avril 2007 à 21 h 26
Envoyer à un ami

Infections mortelles à Sainte-Justine

Un an et demi avant de fermer

Malgré la contamination et malgré des problèmes concomitants avec des incubateurs défectueux, l'unité de néonatalogie de Sainte-Justine est demeurée ouverte. L'institution reçoit chaque année un millier de bébés prématurés, héritant des cas complexes, des greffes, des chirurgies et des malformations congénitales.

« La pression d'autres centres est parfois telle, que le nombre de bébés admis résulte en une promiscuité compromettant la qualité des soins », indique le rapport d'enquête sur Pseudomonas, qui déplore également que « l'unité souffre d'un manque chronique de personnel infirmier », surtout aux heures critiques. Néanmoins, la Direction de la santé publique n'a pas recommandé la fermeture de l'unité.

Incubateur entrant dans l'unité de néonatalogie

Les incubateurs n'étaient pas les coupables.

Durant le printemps 2005, Pseudomonas a tué un autre bébé, le quatrième décès.

Devant cette seconde éclosion, l'équipe de microbiologie a décidé de tout analyser, systématiquement. La Dre Céline Laferrière a même pensé que l'eau potable de Sainte-Justine pouvait être contaminée à Pseudomonas. Des dizaines et des dizaines de contenants d'eau stérile ont donc été livrés quotidiennement à l'unité, le temps que des tests démontrent que l'eau ne contenait pas de Pseudomonas. Toutefois, la bactérie était présente sur des robinets, des éviers et du matériel de soin. Tout ce qui était en contact direct avec l'eau pouvait se retrouver contaminé.

Le mystère restait entier.

À l'été 2005, une infirmière a été postée à l'entrée pour demander à tous les visiteurs de se laver les mains et de porter une blouse. Des écriteaux indiquaient que l'unité était aux prises avec des infections. Pseudomonas a contaminé neuf autres bébés et en a tué un en juillet et un en août.

En octobre 2005, l'équipe du service de néonatalogie, dirigée par la Dre Francine Lefebvre, s'est plainte par écrit à la direction d'être obligée d'admettre quotidiennement de nouveaux patients dans une unité contaminée à Pseudomonas.

L'unité a finalement été fermée le 22 décembre 2005. Les bébés ont été déplacés vers un local temporaire.