L'Épicerie

ACCUEIL



QUESTION DU PUBLIC



ENQUÊTES ET REPORTAGES



ENTREVUES



TRUCS DE L'ÉPICERIE



SAVIEZ-VOUS QUE...



RECETTES ET CARNET D’ADRESSES



TEST DE GOÛT ET BANC D'ESSAI



OUI, MAIS...



LA CHIMIE DANS VOTRE ASSIETTE



ÉQUIPE

RECHERCHE
 rechercher un mot ou une expression
ARCHIVES
2001 à 2004
SAISONS PLUS RÉCENTES
2009 et plus





- Le raisin -
André Lauzon
Depuis peu, on cultive du raisin de table au Québec. Il ne s’agit toutefois que d’un très petit marché, comparativement au raisin qui nous vient de la Californie, du Chili ou encore de l’Ontario. Ne cherchez ainsi pas les raisins québécois dans les étals, puisqu’ils sont surtout vendus à la ferme.

À Saint-Joseph-du-Lac, près d’Oka, André Lauzon cultive des courges, des choux et quelques vignes de raisins de table. Il constate cette année un engouement particulier de ses clients pour les raisins, qu'ils peuvent d'ailleurs cueillir eux-mêmes.

Sur ses terres, il récolte six variétés de raisins: le Magenta, le Montreal Blue, le Prairie Star, le Petit Joyau, le Kay Gray et le Troll. On reconnaît le Key Gray à sa petite grappe, très dense. Il contient des pépins, mais est le plus sucré des variétés que cultive André Lauzon.

Les raisins ontariens

Si les raisins québécois sont difficiles à trouver dans les marchés, on y retrouve à cette période de l’année les raisins bleus d’Ontario en abondance.

Robin Reimer cultive le raisin à deux pas du lac Ontario, dans la chaude vallée du Niagara. On récolte du raisin sur ce territoire depuis plus de cent ans.

M. Reimer récolte en ce moment la plus populaire des variétés ontariennes, le Coronation. Ce raisin compte pour la moitié de la production de la région. Deux autres variétés complètent la récolte, le Fredonia et le Concord. Le Coronation se distingue par sa grappe plus allongée et ses petits raisins ovales, sans pépins. Le Fredonia est le plus gros, tandis que le Concord est plus rond, en plus de pousser sur une grappe moins compacte.

À maturité, un raisin peut être plus ou moins acide, ou plus ou moins sucré, selon sa variété. Mais, contrairement aux autres fruits, il ne peut être récolté avant sa pleine maturité.

« Ce n’est pas comme une pêche ou une tomate que vous pouvez laisser mûrir sur le comptoir. Des raisins, une fois récoltés, cela ne mûrit plus », précise Robin Reimer.

Des variétés qu’il récolte, le Coronation est le raisin le plus doux, son niveau d’acidité étant moins grand. Le Fredonia est plus acidulé, tout comme le Concord. Ce dernier, qui est sur les marchés en fin d’automne, est surtout utilisé pour faire du jus. Il s’agit d’un raisin rustique au Québec, que l’on aperçoit encore régulièrement dans les vignes près des maisons.

Achat et conservation

Au Québec, les producteurs en sont toujours à chercher les variétés avec lesquelles ils pourront faire le plus de route. En raison des coûts élevés pour établir des vignes, et parfois de la faible productivité de certaines d’entre elles, les raisins d’ici sont généralement plus chers que les autres.

Mis à part le jus, les raisins de table se prêtent bien à la fabrication de gelées. Ils sont aussi utilisés en cuisine, une fois séchés. Or, l’intérêt du raisin réside à la fois dans ses qualités antioxydantes, son goût rafraîchissant et sa grande valeur énergétique.

Peu importe la variété ou le prix, choisissez toujours les raisins qui restent fermement attachés à la grappe. Conservez-les au réfrigérateur, et prenez bien soin de les laver avant de les manger. Et pour ceux qui souhaitent s’adonner au plaisir de la cueillette du raisin de table, sachez qu’elle s’étend jusqu’à l’Action de grâce.

Pour l'autocueillette des raisins de table:

André Lauzon
Centre d'interprétation de la courge du Québec
839, chemin principal, St-Joseph du Lac (près d'Oka)
450-623-4894






 [Regardez le reportage]




Haut de la page



Error processing SSI file

- Le raisin -

André Lauzon
Depuis peu, on cultive du raisin de table au Québec. Il ne s’agit toutefois que d’un très petit marché, comparativement au raisin qui nous vient de la Californie, du Chili ou encore de l’Ontario. Ne cherchez ainsi pas les raisins québécois dans les étals, puisqu’ils sont surtout vendus à la ferme.

À Saint-Joseph-du-Lac, près d’Oka, André Lauzon cultive des courges, des choux et quelques vignes de raisins de table. Il constate cette année un engouement particulier de ses clients pour les raisins, qu'ils peuvent d'ailleurs cueillir eux-mêmes.

Sur ses terres, il récolte six variétés de raisins: le Magenta, le Montreal Blue, le Prairie Star, le Petit Joyau, le Kay Gray et le Troll. On reconnaît le Key Gray à sa petite grappe, très dense. Il contient des pépins, mais est le plus sucré des variétés que cultive André Lauzon.

Les raisins ontariens

Si les raisins québécois sont difficiles à trouver dans les marchés, on y retrouve à cette période de l’année les raisins bleus d’Ontario en abondance.

Robin Reimer cultive le raisin à deux pas du lac Ontario, dans la chaude vallée du Niagara. On récolte du raisin sur ce territoire depuis plus de cent ans.

M. Reimer récolte en ce moment la plus populaire des variétés ontariennes, le Coronation. Ce raisin compte pour la moitié de la production de la région. Deux autres variétés complètent la récolte, le Fredonia et le Concord. Le Coronation se distingue par sa grappe plus allongée et ses petits raisins ovales, sans pépins. Le Fredonia est le plus gros, tandis que le Concord est plus rond, en plus de pousser sur une grappe moins compacte.

À maturité, un raisin peut être plus ou moins acide, ou plus ou moins sucré, selon sa variété. Mais, contrairement aux autres fruits, il ne peut être récolté avant sa pleine maturité.

« Ce n’est pas comme une pêche ou une tomate que vous pouvez laisser mûrir sur le comptoir. Des raisins, une fois récoltés, cela ne mûrit plus », précise Robin Reimer.

Des variétés qu’il récolte, le Coronation est le raisin le plus doux, son niveau d’acidité étant moins grand. Le Fredonia est plus acidulé, tout comme le Concord. Ce dernier, qui est sur les marchés en fin d’automne, est surtout utilisé pour faire du jus. Il s’agit d’un raisin rustique au Québec, que l’on aperçoit encore régulièrement dans les vignes près des maisons.

Achat et conservation

Au Québec, les producteurs en sont toujours à chercher les variétés avec lesquelles ils pourront faire le plus de route. En raison des coûts élevés pour établir des vignes, et parfois de la faible productivité de certaines d’entre elles, les raisins d’ici sont généralement plus chers que les autres.

Mis à part le jus, les raisins de table se prêtent bien à la fabrication de gelées. Ils sont aussi utilisés en cuisine, une fois séchés. Or, l’intérêt du raisin réside à la fois dans ses qualités antioxydantes, son goût rafraîchissant et sa grande valeur énergétique.

Peu importe la variété ou le prix, choisissez toujours les raisins qui restent fermement attachés à la grappe. Conservez-les au réfrigérateur, et prenez bien soin de les laver avant de les manger. Et pour ceux qui souhaitent s’adonner au plaisir de la cueillette du raisin de table, sachez qu’elle s’étend jusqu’à l’Action de grâce.

Pour l'autocueillette des raisins de table:

André Lauzon
Centre d'interprétation de la courge du Québec
839, chemin principal, St-Joseph du Lac (près d'Oka)
450-623-4894






 [Regardez le reportage]