ACCUEIL



  • REPORTAGES
  • CAPSULES
  • VRAI OU FAUX
  • QUESTION DE LA SEMAINE

  • ÉQUIPE

    RECHERCHE

    Recherche par date >>

    ARCHIVES
    2002 à 2004
    2001 à 2002
    2000 à 2001


    NOS COORDONNÉES

    Adresse postale:
    La Facture
    Société Radio-Canada
    1400 René-Lévesque Est,
    3e étage
    Montréal (Québec)
    H2L 2M2

    Téléphone:
    514 790-2636 ou
    1 800 790-2636

    Télécopieur:
    514 597-7972


    HEURE DE DIFFUSION
    Mardi 19 h 30

    REDIFFUSION SUR RDI
    Samedi 17 h 30
    Dimanche 2 h 30


    - Voitures d'occasion: attention aux odomètres trafiqués! première partie -
    Chaque année, plus de 400 000 véhicules d'occasion sont vendus au Québec. Quand un consommateur achète un de ces véhicules, il se base principalement sur le kilométrage parcouru pour juger si le prix demandé est juste ou non. En mars 2005, La facture avait diffusé un reportage sur un individu capable de trafiquer un odomètre en quelques minutes à peine. Elle a poursuivi ses recherches et elle a découvert comment des véhicules sont rajeunis, ceux qui les vendent et les failles du système qui permettent cette fraude.

    Journaliste: François Sanche
    Réalisatrice: Claudine Blais


    __________


    L'an dernier, La facture a fait modifier un odomètre. L'opération s'est déroulée dans un lave-auto de Laval. Grâce à une caméra cachée dans la voiture utilisée, on a pu voir comment un homme trafiquait illégalement l'odomètre. Il utilisait un ordinateur spécialisé et, pour lui, cela semblait un jeu d'enfant.

    En 22 minutes, le kilométrage affiché au compteur est passé de 61 665 kilomètres à 55 080 kilomètres, juste ce qu'il fallait pour que la voiture soit de nouveau couverte par la garantie du fabricant.

    Le travail, qui a coûté 300 $, est impeccable. Les spécialistes ne peuvent détecter qu'il y a eu falsification de l'odomètre.

    Chez le concessionnaire du véhicule, un mécanicien, pourtant spécialisé dans le modèle de voiture utilisée par l'équipe de La facture, n'a trouvé aucune trace de l'opération.

    « C'est intact, disait-il. Je ne sais pas où il s'est branché pour le modifier. »

    « C'est un pirate informatique, ajoutait Martin Lachapelle, enseignant à l'École des métiers de l'équipement de Montréal. Ce n'est pas une tâche qu'un mécanicien pourrait effectuer sans avoir l'équipement approprié et le bagage nécessaire. »

    Convertir ou trafiquer?

    La facture a voulu en savoir plus sur l'individu qui a trafiqué l'odomètre. Il s'appelle Adnan. Il a refusé d'accorder une entrevue, mais il affirme qu'il n'a falsifié un odomètre qu'une fois, et qu'il ne l'a jamais refait. Aujourd'hui, Adnan répare des radios, des indicateurs de tableaux de bord, et il convertit des odomètres.

    Convertir un odomètre, c'est le reprogrammer pour qu'il affiche des kilomètres plutôt que des miles. C'est une opération légale. Ce qui ne l'est pas, c'est de trafiquer un odomètre, comme Adnan l'a fait l'an dernier sous l'oil d'une caméra cachée.

    La facture a découvert qu'Adnan a fondé une entreprise à Saint-Eustache. Elle est enregistrée au gouvernement comme une compagnie qui convertit des odomètres. La conversion se fait aussi avec de petits ordinateurs destinés à être branchés dans un tableau de bord.

    L'entreprise soutient ne rien faire d'illégal. Elle retire des odomètres, elle les modifie, et elle les réinstalle. Aujourd'hui, c'est le frère d'Adnan, Wissam, qui dirige la compagnie. Il a également refusé d'accorder une entrevue.

    Cure de rajeunissement

    En suivant un individu qui fait la navette entre cette entreprise et un commerce voisin, La facture a vu plusieurs voitures aux odomètres trafiqués. Et dans ce commerce voisin, elle a retrouvé un visage connu, Frank.

    Ce dernier a plaidé coupable à des accusations de possession d'autos volées, de complot pour recel, et à plus de 60 accusations pour avoir trafiqué des odomètres dans différents procès. Il vend des voitures dans ce commerce de Saint-Eustache.

    La facture s'y est rendue en tant que simple acheteuse, avec une caméra cachée. Certains des véhicules en vente sont annoncés dans les magazines Auto Hebdo, Camion Hebdo et sur le site Internet Hebdo.net. D'autres sont revendus dans les encans.

    La facture s'intéresse à une fourgonnette Pontiac Montana 2001, qui était annoncée à 9980 $ sur Hebdo.net. Avec 78 000 kilomètres au compteur, c'est un bon prix. Reste à savoir d'où elle vient.

    Frank affirme qu'une seule personne a été propriétaire du véhicule. Or, il a eu cinq propriétaires en Ontario avant d'arriver au Québec, selon les documents de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) et du ministère des Transports de l'Ontario.

    La semaine précédente, La facture avait discrètement filmé la Montana. Il y avait pas mal d'activités autour du véhicule. On semblait faire des vérifications avec le numéro de série. Puis, l'individu qui fait la navette entre l'entreprise dirigée par Wissam et le commerce où travaille Frank est arrivé. Il a retiré le groupe d'instruments contenant l'odomètre, il a fait des manipulations, et il a tout remis en place.

    La facture a demandé des explications du côté de l'entreprise dirigée par Wissam. On a refusé de lui répondre.

    Selon le dernier enregistrement en Ontario, la fourgonnette avait 150 000 kilomètres au compteur. Une fois devenue la propriété du commerce où travaille Frank au Québec, elle n'en a plus que 78 000. Le véhicule a donc, en apparence, perdu 50 % de son usure.

    Une faille dans le système

    Réjean Collard
    Ce commerce exploite en fait une faille du système. Les fraudeurs achètent des véhicules au kilométrage élevé dans d'autres provinces, et ils en reculent les odomètres pour leur donner une plus grande valeur. Parce que la voiture change de province, son historique de kilométrage n'apparaît plus.

    À la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui lutte contre la fraude sur les odomètres, on connaît bien ce stratagème. « On achète un véhicule avec un haut kilométrage, et on perd son historique, explique Réjean Collard, de la GRC. On arrive au Québec, et il y a modification de l'odomètre. »

    Parmi les véhicules vendus chaque année au Québec, une voiture d'occasion sur dix vient de l'extérieur de la province. Cela fait un total de 50 000 voitures. Et la falsification d'odomètre fait mal à cette industrie.

    Pierre Beauvais, vendeur de voitures d'occasion à Laval, en sait quelque chose. Selon lui, pour un véhicule qu'il paie 16 000 $ au Québec et qu'il revend 17 000 $, un fraudeur paiera 7000 $ en Ontario pour une voiture du même modèle et de la même année, mais avec un kilométrage plus élevé. En faisant trafiquer l'odomètre, ce fraudeur obtiendra un prix de revente de 12 000 $ ou 13 000 $, pour un profit 5 fois plus élevé que celui de Pierre Beauvais, qui ne peut rien faire devant cette concurrence déloyale.

    Trafiquer des odomètres, c'est très, très payant. La facture a demandé au fils de Pierre Beauvais, Christian, qui est spécialiste acheteur et qui peut reconnaître de loin un véhicule qui a dépassé l'usure normale, de faire des évaluations approximatives.

    Il affirme qu'une fourgonnette Montana 2001 affichant 150 000 kilomètres au compteur vaut de 3000 $ à 3500 $, contre 9000 $ à 10 000 $ pour une qui en afficherait 78 000.

    Dans le commerce où travaille Frank, le prix demandé était justement 9980 $. Or, le véhicule a été payé 4600 $ par le commerce. Cela fait plus de 5000 $ de pur profit.

    Kilométrage et historique modifiés

    Christian Beauvais
    La facture a aussi regardé une rutilante Pontiac Grand Am. Un des fils de Frank, Danny, prétendait qu'elle était toujours couverte par la garantie du fabricant, parce que le kilométrage parcouru était inférieur à 60 000 kilomètres.

    La garantie du manufacturier ne vaut toutefois plus grand-chose. L'odomètre de la Grand Am a en effet été trafiqué. Le compteur a perdu 30 000 kilomètres en passant de l'Ontario au Québec. Le commerce a indiqué à la SAAQ que la voiture avait 51 000 kilomètres au compteur à son arrivée dans la Belle Province. Deux semaines avant, en Ontario, elle en avait pourtant 80 000.

    Cela fait toute une différence sur le prix de vente: 11 000 $ plutôt que 8000 $, selon Christian Beauvais.

    Une autre voiture en vente dans le commerce, une Toyota Corolla, a aussi eu droit à une nouvelle vie. En plus de rajeunir quelque peu le véhicule, l'autre fils de Frank, Sonny, a aussi embelli son histoire en assurant qu'il n'avait jamais été impliqué dans un accident de la route.

    Or, selon les documents de l'assureur aux États-Unis, ce véhicule en provenance de New York a non seulement été accidenté, mais son compteur a aussi perdu 15 000 kilomètres en passant la frontière.

    Trafiquer un odomètre est non seulement payant, mais aussi peu risqué, parce que c'est loin d'être une priorité à la GRC, qui n'a pas porté d'accusations depuis longtemps dans ce genre de fraude.

    « J'aurais aimé vous donner une date plus récente, mais je crois la dernière [accusation] remonte à 2001, avoue Réjean Collard. Nous avons eu d'autres priorités, d'autres projets. »

    Bref, il y a de l'argent à faire dans le domaine de la voiture d'occasion: 300 $ par odomètre trafiqué et des milliers de dollars par voiture vendue. Tout ça, bien entendu, aux frais des consommateurs.

    En conclusion

    Trafiquer l'odomètre d'un véhicule est un véritable jeu d'enfant. Ce type de fraude coûte des milliers de dollars aux consommateurs et les gouvernements semblent peu s'y intéresser.

    Comment le système facilite-t-il la vie des trafiqueurs d'odomètres et quelle est l'ampleur de cette fraude ? Réponse dans la deuxième partie du reportage.



    Hyperliens
    CarProof - The most comprehensive Canada and United States vehicle history report

    CARFAX - Vehicle history reports

    Société de l'assurance automobile du Québec

    Obtention ou changement des renseignements relatifs à un véhicule
    Site du Ministère des Transports de l'Ontario

    Rapport sur les antécédents d'un véhicule
    Site de Services Nouveau-Brunswick

    Gendarmerie royale du Canada



    Haut de la page


    Error processing SSI file