ACCUEIL



REPORTAGES ARCHIVÉS



ÉQUIPE

RECHERCHE
 

Recherche par date ››


ARCHIVES
2001 à juin 2004


NOS COORDONNÉES



- Eaux troubles  -
La station de Boisbriand
Des citoyens de Boisbriand se battent, depuis quatre ans, pour que leur usine d’épuration des eaux usées fonctionne bien. Ces gens rêvent de pouvoir se baigner dans une eau propre et qui ne sent pas mauvais.

La station de Boisbriand, financée par le gouvernement québécois, a été construite il y a 15 ans au bord de la rivière des Mille-Îles. Elle utilise une technologie de biofiltration qui n’a jamais fait ses preuves. La station ne traite complètement que la moitié des eaux usées. Sans compter qu’on a sous-évalué la croissance démographique de la région. Résultats: on retrouve, dans l’effluent, jusqu’à 3,7 millions de coliformes fécaux par 100 ml d’eau. Or, la norme réglementaire pour la baignade est de 200 cf/100 ml d’eau.

Pierre Payment
Pierre Payment, microbiologiste et chercheur à l’Institut Armand-Frappier, a étudié, en 2003, les usines d’épuration de la rivière des Mille-Îles. Il constate qu’il est impossible de nager dans cette eau, ou alors on risque de contracter une gastroentérite, une hépatite, une méningite ou d’autres maladies plus ou moins graves. Du côté des autorités, on se relance la balle. Le maire de la ville, Robert Poirier, blâme le gouvernement provincial pour le mauvais fonctionnement de son usine. Au ministère québécois de l’Environnement, on dit que c’est à la municipalité d’assumer ses responsabilités dans ce domaine.

Pour améliorer la qualité de l’eau, il faudrait la désinfecter. La station de Boisbriand a bien essayé, avec des rayons ultraviolets, mais ça fonctionne mal. On montre du doigt les rejets du secteur industriel, qui dépassent régulièrement les limites permises. Cette usine attend les autorisations finales pour augmenter sa capacité.

À quand les dimanches à la plage?

Le panache
Les problèmes d’eau, il y en a aussi dans la région de Montréal. On a construit la station d’épuration des eaux usées de Montréal au début des années 80, dans la foulée de la politique d’assainissement des eaux du gouvernement québécois. Cette usine traite aujourd’hui plus de 60 % des eaux usées de la province.

Les pluies fortes obligent parfois cette station à déverser directement les eaux usées dans le fleuve. Autre gros problème de l’usine de Montréal: on n’a pas encore trouvé de technologie adéquate pour désinfecter l’eau. Ainsi, chaque jour depuis 20 ans, cette station rejette au fleuve, à la pointe est de l’île, plus de 2,5 millions de mètres cubes d’eau non désinfectée, contenant des coliformes fécaux. Ce problème de désinfection est répandu. Plus de la moitié des eaux traitées, au Québec sont rejetées dans les cours d’eau sans désinfection.

La propreté des eaux préoccupe bien des citoyens, et cela ne date pas d’hier.
Il y a des solutions dans l’air, tant à Boisbriand qu’à Montréal. Mais les processus sont longs – les études, les rapports, les autorisations. Combien de temps faudra-t-il encore attendre avant de pouvoir se baigner librement dans nos cours d’eau?

Journaliste: Hélène Courchesne
Réalisateur: Léon Laflamme


Note: les extraits vidéo de ce reportage seront disponibles au lendemain de la diffusion.



 [Regardez le reportage (1ere partie)]

 [Regardez le reportage (2e partie)]

 [Regardez le reportage (3e partie)]

Hyperliens
Programmes de suivi des cours d'eau à Montréal
Réseau de suivi du milieu aquatique

Qualité de l'eau et usages récréatifs
Site du ministère québécois du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs

Information sur la station d'épuration des eaux usées de Montréal
Site de la Ville de Montréal

Section des travaux publics et génie de la Ville de Boisbriand



Haut de la page



* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes