Accueil ›



International ›



Gouvernement ›



Vos affaires ›



Entreprise ›



Bourse et finances ›



Réglementation ›



Notre bibliothèque ›



Revue de l'année ›



Équipe ›



Recherche

Ok

Recherche par date ›

Nous joindre


Accès au site antérieur >>


International
Émission du 9 juillet 2005
Devenir une ville olympique: un cadeau empoisonné?

Pour une ville comme Londres, à qui l'on vient de confier l'organisation des Jeux olympiques de 2012, le mandat est alléchant. De fait, sur le plan économique, l'organisation de Jeux olympiques laisse miroiter de belles possibilités pour une grande ville: augmentation du tourisme, accélération des projets d'infrastructures urbaines, développement de quartiers défavorisés, modernisation des modes de transport en commun.

Si la ville de Barcelone et ses Jeux de 1992 sont un exemple de réussite financière, il en va autrement pour la plupart des villes ayant tenté l'expérience des Olympiques.

À eux seuls, les Jeux d'Athènes ont coûté 16 milliards de dollars canadiens, deux fois plus que prévus.

Plus près de chez nous, les Montréalais ont encore en mémoire les conséquences économiques des Jeux de 1976; ils devront continuer de rembourser la construction et la gestion du stade olympique jusqu'en 2006.

La journaliste Séverine Defouni analyse l'impact financier des Jeux olympiques avec Constantin Constantinidis, président de la Chambre de commerce et d'industrie hellénique d'Athènes, Savvas Verdis, professeur à la London School of Economics, William Kornblum, professeur de sociologie urbaine à l'Université de New York, Mark Lévine, professeur et directeur du Centre en développement économique de l'Université de Milwaukee, Hughes de Roussan, journaliste à la radio de Radio-Canada, Stefan Kipfer, membre du groupe Des pains et non des Jeux et professeur à l'Université York de Toronto.

Écoutez le reportage