Les boissons énergisantes

Elles sont de plus en plus populaires auprès des jeunes, mais saviez-vous que les boissons énergisantes contiennent du guarana, riche en caféine ? L'épicerie, en collaboration avec l'émission Marketplace, de CBC, a fait enquête.

 

 


Antoine Théorêt-Poupart n'a pas assez de 24 heures par jour pour tout faire. Étudiant en gestion à l'Université du Québec à Montréal, il consomme régulièrement des boissons énergisantes : « Quand tu commences à danser à 22 h et que tu finis à 6 h, 7 h le matin, ça prend de l'énergie. Ces boissons-là sont là pour ça. Des fois, je n'ai presque pas le temps de dormir. Le lendemain, c'est très difficile de partir la journée. On s'en sert beaucoup pour étudier. Quand on a deux ou trois heures de sommeil, puis qu'on a deux examens à faire, bien il faut toffer, il faut rester debout ».

Même si elles coûtent en moyenne près de 2 $ chacune, les boissons énergisantes ont la cote auprès des jeunes. D'autant plus qu'elles sont facilement disponibles au dépanneur, à l'épicerie, en pharmacie et dans les gymnases.


Les jeunes perçoivent ces boissons comme étant naturelles et bonnes pour leur santé. « Le Guru contient des extraits de ginkgo biloba, nous dit Antoine. C'est un jus de raisin de couleur blanc laiteux, jaunâtre, oui, je sais un peu ce que ça contient... c'est supposément naturel. »

 

On trouve effectivement dans ces boissons du ginseng, du ginkgo biloba ainsi qu'un autre ingrédient qui stimule le corps et qui augmente la concentration : le guarana. Originaires du Brésil, les boissons à base de guarana sont très populaires. Le guarana est une plante qui produit des grains semblables à ceux du café, sauf que le grain de guarana contient deux fois plus de caféine que le grain de café.


Au Canada, ajouter de la caféine dans les produits alimentaires est interdit, sauf pour les colas. Santé Canada leur impose même une limite. Peut-on ajouter une autre forme de caféine dans les boissons énergisantes ? « Dans ce type de boisson-là, nous explique François Breault, de l'Agence canadienne d'inspection des aliments, il arrive assez souvent qu'on prenne des extraits de plantes ou de composés qui contiennent de façon naturelle de la caféine. »

Les fabricants de boissons énergisantes peuvent donc échapper à la réglementation en utilisant le grain du guarana, une source naturelle de caféine. Certains d'entre eux peuvent ainsi mettre sur le marché des produits avec des concentrations en caféine beaucoup plus élevées.

Comment se fait-il qu'on réglemente les petites quantités de caféine dans les colas et non la quantité de caféine contenue dans les boissons énergisantes ? Selon M. Breault, « il n'y a pas de réglementation spécifique concernant la composition de ce type de boissons-là au Canada ». Nous lui avons demandé s'il s'agit d'une façon pour les compagnies de contourner la loi. « Vous me demandez une opinion... Ça pourrait peut-être l'être, ça dépend des niveaux. C'est quand les niveaux ou les quantités deviennent astronomiques qu'il faudrait peut-être se poser des questions », a-t-il répondu.

Notre enquête

Nous avons fait analyser 24 boissons énergisantes qui contiennent du guarana afin de connaître leur teneur exacte en caféine. En considérant au départ qu'une tasse de café équivaut à 100 mg de caféine, 62 % des boissons testées, soit 15 produits, ont révélé des taux de caféine de 50 mg et moins, c'est-à-dire moins de la moitié d'une tasse de café.

 

Cinq autres produits contiennent des taux de caféine variant entre une demie et trois quarts de tasse de café, ou deux colas.

 

 

Hype renferme 80 mg de caféine. Guru en a 125 mg, soit l'équivalent d'une tasse et quart de café, ou près de quatre colas. Antoine a pu constater que Guru le tenait éveillé mieux qu'un café : « Du café, c'est le matin pour se réveiller, mais à un certain moment de la journée, un café ça ne fait plus l'affaire. Guru, c'est définitivement plus fort qu'un café. Une fois, j'en ai bu trois dans une journée. Je filais mal. Mais bon, j'ai continué, j'ai fait ma journée quand même, puis je n'ai pas été malade. Je me suis senti croche un peu, mais ça a passé. J'ai bu de l'eau ».

 

Un café le matin, deux Gurus dans la journée, en fin de compte, on finit par avoir une dose excessive de caféine. Quels sont les effets d'une trop forte dose de caféine pour l'organisme ? Louis Léonard, professeur en pharmacologie de l'Université de Montréal, nous les énumère : « une anxiété importante, de l'angoisse, de l'irritabilité, des difficultés de concentration et des symptômes gastro-intestinaux ».

La boisson énergisante Raw Extreme contient une forte teneur en caféine : 263 mg. Quant au Thermo Charge, avec ses 276 mg, soit presque trois tasses de café ou sept colas, il est, dans notre analyse, le produit qui contient le plus de caféine.


 

Martin Allard, consultant pour Pro Circuit, la compagnie qui fabrique Thermo Charge, nous a pourtant affirmé que son produit contenait moins de caféine qu'un café : « Dans ce produit, il y a environ 88 mg, donc un peu moins de caféine que dans une tasse de café. On sait qu'il y a 22 % de caféine dans notre guarana à chaque fois. Donc on contrôle parfaitement la quantité de caféine dans notre produit à chaque fois. Rien n'est laissé au hasard ».

Nous non plus, nous n'avons rien laissé au hasard. Nous avons donc répété l'analyse du contenu en caféine du Thermo Charge avec une autre bouteille d'un autre lot. Nous avons obtenu un résultat similaire. Confrontée aux résultats de notre enquête, la compagnie a donné comme explication qu'il s'agissait d'un problème de fabrication et qu'elle allait s'assurer de la standardisation de ses procédés.

 

Les boissons énergisantes n'étant pas encore réglementées, il ne faut pas toujours se fier uniquement aux étiquettes nutritionnelles sur les contenants. Un exemple : on peut lire la même quantité de guarana sur deux bouteilles et obtenir des concentrations en caféine fort différentes.

 

 

Tous les fabricants de boissons énergisantes lorgnent le marché des jeunes, grands consommateurs de caféine. Ils sont friands de colas, de chocolat et de café. Peuvent-ils ingérer encore plus de caféine sans mettre leur santé en danger ? M. Léonard croit qu'il faut faire attention : « La plupart des adolescents ont un poids légèrement moindre que celui qu'ils auront à 30 ans. La dose consommée est donc distribuée dans un corps plus petit, ce qui donne des concentrations plus élevées. Si notre jeune consommateur de café se limite à des quantités sous les deux tasses de café par jour, soit moins de 200 mg de caféine, on n'a pas vraiment de problème. Par contre, s'il consomme un Guru, un Speedster, plus un cola qui contient, lui, 30 à 40 mg de caféine, un café et trois barres de chocolat, un moment donné, le total va dépasser la dose jugée sécuritaire ».

Le cas de Francis

Francis Mailly, 14 ans, n'a pas eu à consommer autant de boissons énergisantes pour en ressentir les effets. Passionné de hockey, il rêve de faire carrière dans la Ligue nationale. Il a déjà consommé un Guru avant chaque partie pour améliorer sa performance : « Ça excitait l'organisme, se rappelle-t-il, surtout le cœur, c'était un petit "boost" pour se tenir éveillé. Ça aidait, côté performance, endurance et résistance à la longue. À la troisième période, on sent vraiment qu'il fait effet ».


Pourtant, après les parties de hockey, les parents de Francis constatent un changement dans ses habitudes de sommeil : « Il se sentait tellement fatigué qu'il allait parfois se coucher. Il se couchait, mais il était tellement fatigué qu'il ne dormait pas », se souvient Chantale Caya, sa mère.

 

Il faut cinq heures à l'organisme pour éliminer la caféine contenue dans la moitié d'une tasse de café. Pas étonnant que Francis ait eu de la difficulté à s'endormir. « Le café interfère avec les mécanismes qui permettent de s'endormir », confirme M. Léonard.


Denis Mailly raconte les effets de la boisson qu'il a remarqués chez son fils : « On est même allés dans un CLSC lui faire prendre des prises de sang pour voir si ce n'était pas une mononucléose. Ils nous ont dit que tout était normal. On n'avait pas fait le lien avec la boisson jusqu'au moment où on lui a dit : "Arrête de la prendre, on verra bien". Il est retourné jouer au hockey, et le lendemain il était correct. On lui a fait réessayer une autre fois, le lendemain il était vidé. C'est là qu'on a compris et on a arrêté. Si j'avais vu le mot "caféine" sur l'étiquette, la boisson aurait été rayée de son alimentation, parce que de la caféine, il n'en prend pas. Il fait juste sentir du café et il n'aime pas ça. Avoir vu le mot "caféine" il n'en aurait même pas été question ».

Les fabricants de boissons énergisantes ne sont pas pressés d'écrire les quantités de caféine sur leurs produits. Après tout, « guarana », ça sonne bien, à côté du ginseng et du ginkgo biloba sur la liste des ingrédients, et ça fait tellement plus « santé »...

 

Informations complémentaires

Voici des extraits vidéos de notre entrevue avec Louis Léonard, professeur en pharmacologie de l'Université de Montréal, non diffusés à l'émission :

Le café et la caféine

Les boissons énergisantes...


Hyperliens

Marketplace
La page de notre partenaire de CBC sur cette enquête

La caféine et votre santé
Informations de Santé Canada

Agence canadienne d'inspection des aliments

 

Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 


 

 

© 2002 - Radio-canada.ca / Nouvelles Heure de diffusion : mardi à 19 h 30 et à RDI