Vos commentaires
Carnet d'adresses
Actualités scientifiques
Acheter une émission
Retour au menu principale
Émissions de la semaine Encyclopédie de A à Z
REPORTAGE  —  28 septembre 2003

 
Psychologie et guérison

Toutes les recherches récentes sur le cerveau le démontrent. Pour bien soigner le corps, il faut choyer la tête, maîtriser stress et mal-être. Les voies pour y parvenir sont variées : méditation, yoga, prière... Un point commun : ces méthodes modifient les circuits cérébraux. Le mot-clé : le cerveau limbique, siège des émotions. Se maintenir en santé, guérir, n'est donc pas une simple question de chimie. Il faut aussi se préoccuper de son état d'esprit.

Journaliste: Solange Gagnon
Réalisatrice : Jo-Ann Demers
En raison des droits d'auteur, ce reportage ne sera pas disponible sur Internet.

 

 

Le corps humain est une prodigieuse machine. Il peut accomplir des choses extraordinaires et, en même temps, se défendre contre les agressions de toutes sortes grâce à son système immunitaire. Parfois, ces mécanismes de guérison tombent en panne, laissant toute la place aux maladies infectieuses, au cancer. Heureusement, la médecine moderne dispose d'une vaste pharmacopée pour nous venir en aide. Pourtant, en misant exclusivement sur la chimie, on néglige un joueur fort important : le cerveau.

« On a tous un potentiel d'adaptation face à un diagnostic. On peut s'adapter de façon très positive en disant : "je vais me battre", ou de façon très négative en disant : "je suis foutu". Selon le cas, on n'active pas les mêmes régions cérébrales », explique le Dr Pourcher. Je vais me battre, je suis foutu. Deux réactions qui reflètent des états psychologiques aux antipodes : bien-être, mal-être. Deux états qui ont des répercussions diamétralement opposées sur notre système immunitaire, sur notre état de santé.

Corps et esprit sont intimement liés, grâce au cerveau. Dès qu'une situation menaçante survient, c'est le cerveau des émotions, qu'on appelle aussi système limbique, qui réagit. À chaque stress qui nous assaille, l'amygdale, véritable système d'alarme, envoie ses messagers chimiques vers l'hypothalamus. Le signal est aussitôt relayé vers l'hypophyse, puis vers les capsules surrénales. Mises en alerte, celles-ci libèrent plusieurs hormones, dont l'hormone du stress, le cortisol. Le tronc cérébral s'éveille à son tour et met en branle tous nos organes vitaux. Le cœur bat plus vite, la pression sanguine augmente, le rythme des poumons s'accélère, les bronchioles se dilatent, transportent plus d'oxygène, la peau libère la sueur, le niveau de sucre dans le sang augmente. Cet ensemble de réactions en cascade, inscrit dans notre patrimoine génétique, est au cœur de nos mécanismes de survie.

Normalement, tous ces effets sont passagers et disparaissent dès que le stress déclencheur cesse d'agir. Mais la vie n'est pas aussi simple. Le stress, parfois, peut persister, devenir chronique.

Claudine Boyer, une jeune mère de famille de 36 ans, a vécu semblable situation. Il y a trois ans, elle apprenait qu'un cancer des poumons très agressif, un sarcome, la menaçait. Ses chances de survie étaient de 20 %, à peine. Chimiothérapie et chirurgies se succèdent. Rien ne va plus. Ni dans le corps ni dans la tête. « J'arrivais au stationnement de l'hôpital Maisonneuve, j'arrêtais de respirer, je bloquais complètement. J'étais prise dans la bulle de diagnostic, cancer égale mort. J'étais habitée par une peur », raconte-t-elle.

Difficulté à respirer, serrement de gorge, voilà des symptômes reliés à des stress de longue durée. L'amygdale, continuellement sollicitée, déclenche ces réactions à répétition. Le cortisol atteint de fortes concentrations. Le système immunitaire s'effondre. Après un certain temps, le système nerveux, épuisé, devient dysfonctionnel. Il ne peut plus faire face aux situations nouvelles. Un sentiment de détresse, de profonde anxiété s'installe.

Peut-on renverser la vapeur, mettre fin à ce cercle vicieux? Les neurologues et psychologues croient que oui. Pour ça, il faut agir sur notre cerveau, modifier nos circuits nerveux afin de remettre en œuvre nos capacités d'autoguérison. Une entreprise hautement subjective qui nécessite un travail de maîtrise de ses émotions.

Plusieurs approches ont déjà fait leurs preuves : méditation, yoga, relaxation, prière, etc. Issus de contextes culturels, religieux ou mystiques différents, ces approches ont toutefois la composante commune de mettre en place un environnement sécurisant qui favorise la maîtrise de soi.

Pour discuter des voies d'autoguérison, Jean-Charles Crombez, psychiatre au Centre hospitalier de l'Université de Montréal, s'appuie sur 30 ans de recherches. Il est convaincu que la maîtrise de soi, des émotions, ça s'apprend. Pour faciliter cet apprentissage, il a développé une approche nouvelle, dépouillée de tout contexte mystique ou religieux. Ses sessions se déroulent dans un environnement qui facilite la plongée dans notre monde intérieur. Les premières fois, un psychologue nous apprend à bien y naviguer. L'objectif est de parvenir à prendre du recul par rapport à nos émotions, à défaire les nœuds. C'est la seule façon d'arriver à créer un espace intérieur respirable où les autres aspects de la vie pourront enfin trouver leur place. Pour Claudine Boyer, cette méthode, la méthode ÉCHO, découverte quelques mois après l'annonce de son cancer, lui a apporté une véritable décharge d'oxygène. « Autant la maladie était là, autant je peux vous dire qu'elle est maintenant à côté de moi. Elle est toujours là, j'y pense toujours, mais elle ne m'étouffe plus. J'arrive à fonctionner dans la vie. J'arrive à avoir des projets. J'arrive à aller chez le médecin sans être totalement angoissée. »

Quels changements toutes ces pratiques apportent-elles dans les circuits du cerveau pour aider au passage d'un mal-être profond à un bien-être véritable? Une étude récente, effectuée au Centre des neurosciences affectives à l'université du Wisconsin, peut en fournir la clé. Le professeur Richard Davidson a étudié, au moyen d'une caméra à positron, le cerveau de moines bouddhistes pendant qu'ils méditent. La maîtrise de soi et la sensation de bien-être qui en résulte animent de nouveaux circuits cérébraux. Les lobes préfrontaux du cortex cérébral, siège de la conscience et du contrôle des émotions, sont activés. Puis tous les circuits de gratification, à base de dopamine, entrent en jeu. L'amygdale met fin à la situation d'alerte. La production de cortisol cesse. Les organes vitaux et le système immunitaire reprennent leur fonctionnement normal.

Le corps humain est une prodigieuse machine. Au cours d'une vie, on ne peut empêcher que des stress intenses mettent son équilibre en péril, mais en misant sur la partie consciente de notre cerveau et sur la maîtrise de soi, on peut aider à son bon fonctionnement. C'est la force de notre espèce!

Pour en savoir plus :

Le cerveau mystique
Dossier de Radio-Canada, tiré de l'émission Découverte

Le Cerveau à tous les niveaux
Site de vulgarisation scientifique sur le cerveau

La localisation du « cerveau des émotions »
Page sur le cerveau limbique, historique

 


Nos émissionsNotre équipe
Radio-Canada.ca ©