Accueil : le prix de l'hygiène
L’asthme et la ferme
L'Hygiène, l'asthme et les allergies
Les maladies auto-immunes
Rééduquer le système immunitaire
Que faire?
Hyperliens

La flore intestinale : des centaines de milliards de bactéries, des bonnes et des mauvaises, qui vivent en équilibre.
L’hygiène et les allergies Retour à Découverte

Les indices ne viennent pas que du Québec. Ailleurs dans le monde, d’autres études épidémiologiques laissent croire que l’exposition à certains microbes protège contre l’asthme et les allergies.

• En 1989, une première étude lance l’hypothèse de l’hygiène. Au Royaume-Uni, il y a moins d’asthme et d’allergies chez les enfants qui ont des frères ou des sœurs aînés. On soupçonne l’influence des microbes rapportés à la maison par ces frères et sœurs.

• En 2002, en Suisse, en Allemagne et en Autriche, on analyse la poussière des lits de jeunes enfants qui vivent à la campagne. Plus certaines bactéries sont abondantes, moins les enfants souffrent d’asthme.

• En 2003, à Détroit, aux États-Unis, on remarque que les bébés qui ont reçu des antibiotiques avant l’âge de six mois sont deux fois plus susceptibles de souffrir d’asthme que les autres.

« Il y a un lien entre le fait de vivre dans un milieu trop propre, de ne pas avoir d’infections en bas âge en raison d’une trop grande prise d’antibiotiques, et le développement des allergies. Ça, c’est clair! », explique le Dr Ernst. Ce qui n’est pas clair, c’est le mécanisme par lequel un environnement trop propre peut conduire aux allergies. Mais certaines pistes se dessinent.

Les allergies résultent d’un dérèglement du système immunitaire. L’organisme se défend contre des corps étrangers qui ne sont pas dangereux : le pollen ou la poussière, par exemple. Ce problème semble lié à un déséquilibre de la flore intestinale. Tout se passe pendant les premiers mois de la vie.

Pompe pour personne souffrant asthme
Les allergies résultent d'un dérèglement du système immunitaire.

Lorsqu’un bébé est dans le ventre de sa mère, son corps est stérile, sans aucun microbe. Dès sa naissance, il entre en contact avec les microbes du milieu ambiant, de la nourriture, de la peau de sa mère. Ces microbes colonisent son tube digestif et s’installent dans son intestin. C’est ce qui constitue alors la flore intestinale : des centaines de milliards de bactéries, des bonnes et des mauvaises, qui vivent en équilibre.

C’est en présence de ces microbes que le système immunitaire apprend à distinguer ce qui est dangereux de ce qui ne l’est pas. Lorsqu'on empêche la colonisation de l'intestin chez des animaux, ils sont incapables de se défendre contre les infections et deviennent vulnérables aux maladies.

Le rôle de la flore intestinale a été démontré chez l'humain dans deux pays du nord de l'Europe, la Suède et l’Estonie. Lors d’une étude, on a réussi à distinguer les bébés qui deviendront allergiques de ceux qui ne le deviendront pas, tout simplement en comparant la composition de leur flore intestinale.

Page suivante : les maladies auto-immunes
Journaliste : Isabelle Montpetit • Réalisatrice : Francine Charron
Adaptation pour Internet : Karine Boucher et Caroline Paulhus • Correction : Josée Bilodeau

Retour à l'accueil