.  
Adaptation pour Internet : DANIELLE BEAUDOIN

Émission du 28 novembre 2003

UN CONTROVERSÉ PROJET ÉOLIEN AU LARGE DU MASSACHUSETTS

Un vaste projet d'éoliennes dans le détroit du Nantucket provoque la colère des riches propriétaires de la région. Même les écologistes sont déchirés. Tout le monde est pour l'énergie éolienne, énergie propre et renouvelable par excellence. Jusqu'au moment où quelqu'un veut installer des éoliennes devant ou derrière chez vous, dans votre cour.

Journaliste : Jean-Michel Leprince
Réalisateur : 
Pierre Devroede

 

Des éoliennes bientôt à l'horizon?

Le détroit de Nantucket sépare Cape Cod des îles de Nantucket et de Martha's Vineyard. Ses navires marchands et ses baleiniers ont fait la fortune du Massachusetts et aujourd'hui, les eaux calmes et tièdes du détroit sont le paradis des marins de plaisance, des touristes et des pêcheurs.

C'est sur les hauts-fonds du détroit que le premier parc d'éoliennes en mer des États-Unis pourrait être construit, à peu près à six kilomètres des côtes de Hyannis, sur Cape Cod. Là s'élèvent les demeures et résidences secondaires de grands aristocrates de la Nouvelle-Angleterre. Et depuis 1925, c'est le fief du puissant clan des Kennedy.

Le projet Cape Wind prévoit l'installation de 130 turbines en mer. Dans des conditions de vent moyennes, elles pourraient fournir les trois-quarts de l'électricité de toute la région de Cape Cod, et des îles de Nantucket et de Martha's Vineyard. Les responsables du Cape Wind expliquent que si ce projet non polluant d'énergie renouvelable était réalisé aujourd'hui, ce serait le parc éolien le plus productif du monde.

Du retard à rattraper

Les États-Unis n'ont plus le choix. Même s'ils n'ont pas ratifié l'accord de Kyoto ils doivent investir dans les énergies renouvelables. L'état du Massachusetts a adopté une loi qui l'oblige à produire au moins 4 % de son électricité d'ici 2008 au moyen d'énergie renouvelables, solaires ou éoliennes.

Source: Elsam Danemark

La technologie vient du Danemark, du plus grand parc marin d'éoliennes au monde, celui de Horns Rev, à 14 kilomètres au large du Jutland dans la Mer du Nord. Les 80 éoliennes de 110 mètres de haut peuvent alimenter 150 000 foyers en électricité.

Le Danemark est l'un des pionniers de l'énergie éolienne dans le monde. Cette forme d'énergie représente 20 % de sa production électrique. En comparaison, les États-Unis produisent moins de 1 % de leur électricité par l'énergie éolienne et le Canada encore moins.

L'Amérique du Nord a beaucoup de retard à rattraper sur l'Europe et elle doit le faire. C'est pourquoi le projet de Nantucket, le premier et le plus grand projet en mer et à l'est des États-Unis, est aussi important. Jim Gordon, pdg de Cape Wind : « Nous sommes à un croisement à présent et nous avons vu les dégâts que la consommation de carburants fossiles a causés à notre santé, notre environnement, notre sécurité nationale. Nous avons cette énorme ressource renouvelable à neuf kilomètres de nos côtes, pourquoi ne pas l'exploiter pour améliorer notre qualité de vie, créer des emplois et baisser le coût de l'électricité. »

Pas dans ma cour

A Cape Cod, tout le monde est bien d'accord avec ces beaux principes mais le projet lui-même suscite une opposition farouche et puissante. Le premier à sonner l'alarme est Wayne Kurker, le propriétaire de la marina. Pour lui le projet est tout simplement catastrophique : « Ça me dérange de penser que les gens qui apprécient Cape Cod pour sa beauté naturelle, devront naviguer à travers toute cette machinerie lorsqu'ils viendront en bateau. Ils vont construire une plate-forme sur laquelle on entreposera 30 000 gallons d'huile, et il y aura un héliport. Et toutes les turbines autour. Ça va ressembler à un parc industriel, et plus du tout au détroit de Nantucket où pour le moment on ne trouve rien d'artificiel. »

L'opposition est bien organisée. Elle regroupe un vaste éventail de résidents de Cape Cod et des îles, permanents ou qui viennent régulièrement en villégiature. Isaac Rosen, directeur de l'Alliance to Protect Nantucket Sound : « Du fond de l'océan au bout de l'hélice, on parle d'une hauteur de 125 mètres. C'est 35 mètres de plus que la statue de la Liberté qui, comme on le sait, est un monument très imposant. Ça vous donne une idée de ce que vont donner 130 de ces turbines sur 36 kilomètres carrés d'une ressource, une masse d'eau qui nous appartient à tous. »

L'alliance aime à préciser qu'elle regroupe de nombreux pêcheurs. Des gens qui gagnent durement leur vie dans la région. Du tourisme par exemple. Pas seulement des riches résidents. En même temps elle se flatte de l'appui de vedettes de la télévision, d'écrivains. Du sénateur Ted Kennedy qui s'oppose au projet parce qu'à son avis, il faut d'abord changer les lois pour zoner l'océan, comme on le fait sur terre.

L'avocat Robert F. Kennedy Jr : « C'est le mauvais endroit. Il devrait construire son parc d'éoliennes 8 kilomètres plus loin. Cet endroit précis de l'océan est l'un des plus fréquenté pour les loisirs, et pour la pêche commerciale, de la côte atlantique d'Amérique du Nord. Beaucoup de gens y vont pour profiter de la nature sauvage. » Le fils de Robert F.Kennedy est l'avocat d'un groupe écologique puissant, le Natural Ressources Defenses Council. Lui, il est contre le projet, mais son groupe est plutôt pour. Greenpeace s'est clairement prononcé en faveur!

Cette division des groupes écologistes est embarrassante mais Sue Nickerson, l'écologiste des opposants, l'explique ainsi : « Ça soulève des questions politiques, parce que beaucoup de ces organisations ont pris la tête de la campagne, de la croisade en faveur des sources d'énergie de remplacement. Alors c'est très difficile pour elles de se trouver face à un projet d'énergie de remplacement et de dire non, celui-là on ne l'aime pas. »

Toute la question tourne autour de la pollution visuelle, de ce que qu'on va voir en mer, de Cape Cod, de Nantucket, de Martha's Vineyard. Robert F. Kennedy Jr : « Vous savez, je vais me battre pour défendre ma cour. C'est là que j'ai grandi, c'est sur ces eaux que je fais de la voile et que je pêche, depuis ma naissance, et je vais me battre pour ça. Je ne laisserai personne me la voler. Cette voie d'eau navigable je l'utilise, comme beaucoup d'autres gens aussi. Nous l'utilisons déjà alors pourquoi faudrait-il permettre à quelqu'un de nous en chasser, de nous voler la valeur qu'elle a pour nous, pourquoi? »

En avoir dans sa cour ou pas. Cathy et Charles Kleekamp sont pour le parc d'éoliennes. Il est ingénieur retraité, elle est microbiologiste. La très forte pollution de l'air de Cape Cod les préoccupent particulièrement. Charles Kleekamp : « Quand l'énergie des éoliennes alimentera le réseau, les centrales à carburant fossile devront réduire leur contribution. Leurs émissions polluantes seront alors forcément réduites et on en retirera de très grands effets bénéfiques sur la santé. »

Le Détroit Nantucket n'est que le premier d'une foule de projets d'éoliennes aux États-Unis. C'est pour ça qu'il est important. Parce que partout ces projets se heurtent aux mêmes objections locales, qu'on ne peut pas ignorer.

Au Canada, toutes les provinces ont des projets d'éoliennes. Au Québec, la commande est de 1000 mégawatts d'ici 2010, soit moins de 4 % de la capacité actuelle d'Hydro-Québec. Les appels d'offres sont lancés pour doubler les parcs d'éoliennes de Cap Chat, de Matane et en un créer un nouveau à Murdochville.



POUR VISIONNER
LE REPORTAGE

Première partie
Deuxième partie


POUR EN SAVOIR PLUS

Alliance to Protect Nantucket Sound
Organisation mise sur pied pour protéger la région contre l'implantation d'un parc d'éoliennes. Site en anglais.

Site d'une organisation de lutte contre l'implantation d'un parc d'éoliennes à Malpèque, dans l'Île du Prince Edouard.. Information sur les éoliennes.

Eole.org
Pour en savoir plus long sur les éoliennes, au Canada et ailleurs dans le monde. Historique, technologie, et même information concernant l'installation d'une éolienne à usage domestique.

Page du site Eole.org consacrée aux éoliennes de Cap Chat, en Gaspésie

 



L'émission Zone Libre est diffusée sur les ondes de Radio-Canada le vendredi à 21 h.

Elle sera présentée en rediffusion dans le cadre de l'émission Place publique, le jeudi à 12 h 30, et sera alors enrichie par des commentaires et des discussions en direct. En outre, on répondra à des questions des téléspectateurs soulevées par l'émission.

L'émission est aussi rediffusée intégralement sur les ondes de RDI le dimanche à 20 h et le lundi à 1 h.

VOUS AVEZ MANQUÉ UNE ÉMISSION?

Toutes les émissions de la saison régulière sont archivées pour vous permettre de consulter le reportage que vous auriez manqué ou aimeriez revoir. Veuillez toutefois noter que les reportages achetés ne peuvent être archivés en format vidéo en raison des droits d'auteurs, mais ils sont disponibles en format texte.

Consultez la rubrique Reportages récents.