ACCUEIL



REPORTAGES ARCHIVÉS



ÉQUIPE

RECHERCHE
 

Recherche par date ››


ARCHIVES
2001 à juin 2004


NOS COORDONNÉES



- De quel bord l’accent grave? -
Savez-vous que plus d’un demi-million de Québécois sont totalement analphabètes? Bon nombre d’entre eux cachent leur handicap, comme l’a fait pendant presque toute sa vie l’ex-entraîneur de hockey Jacques Demers. Une équipe d’Enjeux s’est intéressée au phénomène. Dans ce reportage, plusieurs analphabètes, dont, justement, Jacques Demers, racontent leur histoire.

On pense souvent que les analphabètes sont des personnes âgées, nées à une époque où l’éducation n’était pas obligatoire. Faux. Un jeune sur 10 est analphabète, dans la tranche des 16 à 25 ans. Après dix ans d’apprentissage, ils ne maîtrisent pas les compétences de base pour se débrouiller dans notre monde de chiffres et de lettres. Triste constat: l’école a échoué pour ces milliers de jeunes.

Quand la dyslexie gâche tout

Karine Jacques a 21 ans et elle ne peut pas remplir un formulaire d’emploi. Elle a toujours eu des difficultés d’apprentissage, et l’école a été un long calvaire pour elle. Elle a quitté l’école à 16 ans.

Karine Jacques
Récemment, elle a passé des tests qui confirment qu’elle souffre d’une dyslexie sévère. Tout comme la comédienne Annie Brocoli, qui l’a appris à 10 ans et qui a terminé sa cinquième secondaire malgré son handicap.

Dans le cas de Karine, jamais l’école n’a diagnostiqué son trouble. À ce sujet, Enjeux nous présente l’avocat Gille Gareau, qui a intenté un recours collectif pour forcer les écoles primaires à diagnostiquer la dyslexie et à offrir aux enfants l’aide nécessaire pour surmonter leurs difficultés.

Dans le reportage, Karine Jacques et Annie Brocoli se rencontrent et discutent de leur expérience. Aujourd’hui, Karine retourne en classe à la Boîte à lettres, un organisme communautaire d’alphabétisation pour les jeunes.

Des enfants abandonnés à eux-mêmes

Yannick Cyr, 30 ans, est analphabète. Il faut dire qu’il n’a pas eu la vie facile, avec un père alcoolique. Le jeune homme s’est mis à consommer de la drogue. Dans le reportage, on le voit retourner à l’école à l’Atelier des lettres (alphabétisation pour les adultes). Il a suivi une cure de désintoxication et il rêve de devenir camionneur. Arrivera-t-il à s’en sortir?

Jacques Demers
Il y a un an, Jacques Demers, l’ex-entraîneur du Canadien, a brisé un tabou, en avouant qu’il était analphabète. Au fil des ans, il a appris le strict nécessaire pour se débrouiller dans son travail. Aujourd’hui, l’analyste sportif donne des conférences.

Tout comme Yannick, il a eu une enfance difficile. Un père alcoolique, la violence à la maison, les problèmes d’apprentissage. Il se faisait dire qu’il n’était pas intelligent. Comment ne pas se sentir nul et incapable, dans un tel contexte? De tels jeunes portent le fardeau de l’analphabétisme sur leurs épaules. Plusieurs jeunes analphabètes vivent dans la marginalité, sans pouvoir se trouver un travail. Certains deviennent toxicomanes et finissent dans la rue ou en prison.

Comment expliquer qu’il y ait autant d’analphabètes au Québec au XXIe siècle? Et pourquoi ne cherchent-ils pas à s’en sortir? À peine 2 % d’entre eux prennent des cours de base en lecture et en écriture.

Journaliste: Solveig Miller
Réalisateur: Alain Abel




 [Regarder le reportage]

 [La suite]

Hyperliens
Le lourd secret de Jacques Demers
Article de Radio-Canada.ca - zone Sports -

Dévoilement du secret de Jacques Demers
Sujet traité à l'émission Maisonneuve en direct en novembre 2005

Fédération canadienne pour l'alphabétisation en français

Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec

Fondation pour l'alphabétisation

Répertoire canadien des recherches en alphabétisation des adultes en français

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes





Haut de la page


Error processing SSI file