Concourt musical international de Montréal

La tournée de l'ECM+ vue par Nicolas Gilbert (1)

Blogue

Logo Radio-Canada

La tournée de l'ECM+ vue par Nicolas Gilbert (1)

Publié le lundi 8 novembre 2010 à 14h50 HNE


Le compositeur Nicolas Gilbert accompagne la tournée Génération 2010 de l'Ensemble contemporain de Montréal (ECM)+, dont je vous ai parlé vendredi dernier dans ces lignes. Il nous livre ses premières impressions de l'aventure.

Simon Martin, Cassandra Miller, Gordon Williamson, Christopher Mayo. Crédit photo : Julie Taxil

« Lorsqu’un groupe d’individus, en l’occurrence 17 personnes, travaillent, voyagent et passent à peu près tous leurs temps libres ensemble pendant plus de 2 semaines, ils finissent par se connaître un peu. Un petit orchestre en tournée, c’est un microcosme assez particulier à l’intérieur duquel la musique, bien sûr, tient une grande place, mais où même les personnalités les plus discrètes finissent par sortir de leur réserve; l’intimité servant de catalyseur, on découvre à ses collègues des habitudes ou des traits de caractère insoupçonnés.

Nous sommes arrivés à Victoria hier. C’est notre deuxième arrêt, après Banff, où nous avons passé presque une semaine. Je suis là pour animer les concerts et aider les compositeurs à présenter leurs œuvres au public, j’ai donc, en quelque sorte, une vue de l’extérieur : je ne fais pas partie de l’ensemble, je n’ai composé aucune des œuvres au programme.

Mais qui sont donc ces gens avec qui je voyage? Prenons mes quatre collègues compositeurs : Gordon, Simon, Cassandra et Chris. Est-ce qu’un compositeur « ressemble » toujours à sa musique? Certainement pas toujours, non. Mais dans ce cas-ci, assez étonnamment, les liens entre la personnalité de chacun de ces compositeurs et les œuvres qu’ils ont composées pour l’ECM+ sont très évidents.

Christopher Mayo, Cassandra Miller, Simon Martin, Gordon Williamson. Crédit photo : Julie Taxil


Gordon Williamson possède ce qu’on pourrait appeler une « personnalité à pelures » : vous vous faites une idée de l’individu, croyant qu’il s’agit, par exemple, de quelqu’un de sérieux et de discret puis, après un certain temps, vous réalisez que vous avez fait fausse route, vous révisez votre idée, comprenant maintenant que l’individu en question est loin d’être toujours sérieux, et ainsi de suite, de révision en révision, pelure après pelure. Sa musique correspond bien à ce modèle : sérieuse en surface, franchement amusante sous la surface, et toujours déroutante.

Simon Martin est quelqu’un d’assez silencieux ; sa musique l’est aussi. Il déteste la rhétorique, en musique, et préfère se concentrer sur le son pour lui-même, sur le matériau; économie de moyens, maximum d’effet. Et, en effet, vous ne l’entendrez jamais prononcer une phrase inutile ou irréfléchie.

Cassandra Miller parle davantage d’émotions, de la vie et des gens que de multiphoniques, de quintolets ou de résonance structurelle; sa nouvelle pièce est entièrement axée sur les émotions des interprètes et du public, sur la façon dont ces émotions circulent.

Quant à Christopher Mayo, il fait une musique robuste, vive, spirituelle, colorée mais jamais légère : son portrait tout craché.

Vous ne vous en doutez peut-être pas, mais j’ai mis une bonne heure à écrire le paragraphe ci-dessus : vraiment, c’est un exercice difficile! Je dois maintenant courir attraper un taxi : je vais être en retard à notre répétition pour le concert de ce soir.

À bientôt,

Nicolas »



À consulter :

- le site de l'ECM+, pour tous les détails de la tournée »

- une entrevue avec Véronique Lacroix, directrice artistique de l'ECM+ »

À surveiller :

Le concert de la tournée Génération 2010 de l'ECM+ sera mis en ligne sur Espace classique en décembre.




Commentez






* Tous les champs sont obligatoires.